Développement : promouvoir une politique transformatrice à travers l’entrepreneuriat

0
73

La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED),  en collaboration avec le bureau résident du système des Nations unies au Tchad, a organisé une conférence à l’occasion du lancement du rapport 2018 sur les pays les moins avancés (PMA) le jeudi 22 novembre 2018 à l’hôtel Le Méridien. Le thème principal du rapport est « l’entreprenariat au service de la transformation structurelle au-delà du statu quo ». Il a été présenté par l’économiste principal du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Daniel Gbetnkom.

Le rapport évalue les éléments de la conception intelligente de politique de développement de l’entrepreneuriat et des entreprises pour une transformation structurelle durable et inclusive dans les PMA. L’entrepreneuriat est vu ici comme une opportunité qui peut conduire à l’atteinte du développement durable, ceci à travers le renforcement des capacités productives, l’innovation, le transfert des ressources aux activités à forte productivité. De façon générale, dans les PMA, les principales clés restent faibles, l’entrepreneuriat indépendant représente 70 % contre 50 % dans les pays en voie de développement et 14 % dans les développés.

Selon le rapport, les obstacles au développement de l’entrepreneuriat au service de la transformation structurelle se situent  à deux niveaux. A l’interne, il ya tout d’abord la capacité de gestion. L’économiste principal du PNUD a mentionné que dans les PMA, les entreprises sont fondamentalement familiales, ce qui freine une gestion saine. La capacité de réseautage est le deuxième obstacle. Le constat est que les entreprises n’ont pas un champ large de partenariat. Le pourcentage des entreprises dans ces pays à disposer des outils efficace de réseautage comme les sites web est quasiment nul. La qualité des produits et des services offerts n’intègre pas largement les innovations. Souvent, dans les PMA, on crée sans valeur ajoutée. Les obstacles externes sont les paramètres sur lesquels les entreprises n’ont pas beaucoup d’influence comme les politiques publiques. Il s’agit du rôle de l’Etat en tant que régulateur à travers ses différents mécanismes, c’est-à-dire les lois, la fiscalité, etc.

Face à ces obstacles, plusieurs pistes peuvent être empruntées pour sortir les PMA de leur situation, car la transformation structurelle est au centre de tout. Il s’agit de la création d’emplois qui permet de lutter efficacement contre la pauvreté, l’industrialisation source de valeur ajoutée dans l’économie. L’inclusion doit également être au centre car elle permet de réduire les inégalités. L’Etat doit améliorer le cadre de création d’entreprise. Au Tchad par exemple, l’offre énergétique et les infrastructures pourraient permettre de régler bon nombre de problèmes auxquels font face les entrepreneurs. La catégorie des pays les moins avancés est créée en 1971 par les Nations unies. Trois critères permettent  ce classement, il s’agit du revenu par habitant, le capital humain et la fragilité.

Badoum Oumandé Henri

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here