Coopération Tchad – Afrique du Sud : les médias tchadiens sont mis au bain

L’ambassadeur sud africain / Ph. Youwa / ATPE

Dans le cadre de la consolidation de ses relations avec ses partenaires médiatiques, l’Ambassade d’Afrique du Sud au Tchad a organisé un forum avec les responsables des organes de presse tchadiens le jeudi 14 mars 2019 à l’hôtel la Résidence. L’objectif de ce forum est de donner un aperçu général de l’Afrique du Sud aux journalistes tchadiens. A cette occasion, les journalistes ont posé des questions de coopération au diplomate sud-africain, le général de corps d’Armée Titus Matlakeng.

« Il est bon d’avoir de contact avec les hommes de médias que de se plaindre de ce qu’ils écrivent », a déclaré l’ambassadeur sud-africain, Titus Matlakeng à l’entame de la cérémonie. C’est aussi une occasion pour définir une nouvelle fondation de la coopération entre l’Afrique du Sud et les hommes de médias du Tchad. Dans son liminaire, le diplomate sud africain a fait savoir qu’au-delà de son histoire, son pays a eu une coopération consulaire et diplomatique avec le Tchad depuis 1994 au moment de sa stabilité politique. C’est pourquoi il a rappelé que la première lettre de créance a été présentée au président Idriss Déby Itno plus tard en mars 2013.

Des accords cadres ont été signés par les deux parties, notamment dans les domaines de la défense, des relations bilatérales, etc. Globalement, le diplomate sud africain a souligné que les problèmes africains sont similaires et se situent au niveau de la santé, des infrastructures, de l’urbanisation et de la question de l’alimentation qui affecte dangereusement le continent. C’est pourquoi, son pays veut être utile à d’autres pays africains pour relever les défis de l’heure.

Une coopération par le dialogue

Les questions sur la substance du partenariat de l’Afrique du Sud avec les médias du Tchad ont été posées par les journalistes. Comme élément de réponse, Titus Matlakeng a renseigné que son pays œuvre aux côtés du Tchad en terme d’équipements militaires, de transfert de technologie, de formation des officiers d’armement. Selon lui, d’ici à la fin de l’année 2019, un forum des affaires avec les opérateurs économiques pour davantage faire connaître les merveilles de son pays au public tchadien. Au titre des accords, il a précisé qu’ils ont permis la formation du corps militaire et sur le plan culturel, 20 rhinocéros noirs seront déportés au Tchad. A ce jour, 4 seulement sont arrivés et, malheureusement, a-t-il déploré, faute d’alimentation appropriée, ils sont morts.

A la question de savoir quelle opportunité offre cette occasion aux journalistes tchadiens, le diplomate a dit que tout est possible avec les médias et une autre forme de coopération est en vue. Les médias ayant leur propre organisation, des programmes de formation des journalistes sont possibles, en plus d’équipements. Il a par ailleurs souligné son pays est aussi victime de certains problèmes notamment la corruption et la mal gouvernance. Se prononçant sur la politique internationale, il a indiqué que pour la vision générale, son pays prône le dialogue pour tous. En outre, a-t-il ajouté, la situation humanitaire ne doit pas être utilisée à des fins politiques à des fins de déstabilisation.

Napoléon Ngaoundi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here