Tchad : un puissant réseau de présumés trafiquants démantelé

0
206

Sept présumés auteurs impliqués dans un vaste réseau de trafic, de complicité de trafic des produits psychotropes et de faux et usage de faux ont été présentés à la presse nationale. C’est dans les locaux de la légion n°10 de la gendarmerie nationale de N’Djaména, par le procureur de la République près le tribunal de grande instance, Youssouf Tom,  le mercredi 3 juillet 2019.

Ils sont accusés de falsification des documents administratifs, reproductions des cachets, trafic des substances illicites psychotropes  entre autres. Face au procureur de la République près le tribunal de grande instance, les présumés auteurs ont livré quelques explications de leur implication sur la nature des faits qui leur sont reprochés et leur arrestation. L’un dit avoir été arrêté juste pour abus de confiance. Car il prestait avec le père de l’un des présumés, et connaissant bien que son père est un homme honnête, il était trompé par le fils. Un autre dit, qu’il cherche à tout prix à libérer son frère détenu au Benin. Le dernier auteur dit qu’il agit à son propre compte et non au nom de son géniteur. Le chef de l’opération, le commandant de la compagnie adjoint de la Légion n°10 de N’Djaména, Mahamat Saleh Ali Sakine, a indiqué qu’il a été informé de l’existence du réseau avec suffisamment des moyens. Selon lui, les présumés auteurs ont cherché à le corrompre avec une somme de 100 millions de Fcfa afin d’obtenir le cachet du procureur de la République. C’est ainsi qu’il a remonté l’information à sa hiérarchie. 

Selon le procureur de la République près le tribunal de grande instance, Youssouf Tom, l’histoire remonte au mois d’avril dernier où un Tchadien a été arrêté au Benin pour une affaire de trafic illicite de produits psychotropes à hauteur de 7 milliards 800 millions de Fcfa en provenance de l’Inde dans un container. Ces produits psychotropes ont été bloqués au niveau de port du Benin. Le présumé trafiquant est en train d’être jugé au tribunal spécial antiterroriste du Benin.

La justice sera dite

Youssouf Tom a expliqué que suite à son arrestation, le reste de tentacule qui vit au Tchad, s’est activé pour arriver à sa libération à tout prix. De ce fait, les trafiquants ont établi un document prouvant l’existence d’un marché en provenance du ministère de la Défense du Tchad,  par le biais  deux agents du ministère des Affaires étrangères en la personne du directeur général et du directeur des Tchadiens de l’étranger. À leur tour, ont saisi le consul du Tchad au Benin pour lui demander d’intercéder et clarifier cette affaire d’une part et d’autre part intervenir afin d’obtenir la libération de leur compatriote en état d’arrestation au Benin. Dans leur correspondance, ils ont notifié que ces produits saisis sont destinés au ministère de la Défense du Tchad.  La première chose qui saute à l’œil, dit le procureur, un bon de commande a été établi au nom de l’Hôpital d’Instruction militaire avec le cachet dudit ministère en bonne et due forme, pour arriver à démontrer que ces produits psychotropes sont commandés par l’armée tchadienne, et que c’est une affaire secret défense.

Le procureur de la République Youssouf Tom, a répliqué l’affaire est établie à nuire l’image de la République du Tchad. Selon lui, l’armée tchadienne ne tire pas sa bravoure dans la consommation des produits psychotropes.  

Le procureur de la République près le tribunal de grande instance, Youssouf Tom, a souligné que ces présumés auteurs sont entre les mains de la justice, jusqu’à preuve du contraire ils bénéficient de la présomption d’innocence. Ils vont être déférés au parquet, l’action publique est déjà enclenchée et la justice fera son travail.

Badour Oumar Ali

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here