Tchad : Entre la Covid-19 et la grève, les services essentiels assurent le fonctionnement de l’Etat

0
154

L’administration publique tourne au rythme de la Covid-19, suite à la décision du gouvernement de réduire les effectifs afin de minimiser les risques de contamination. Dans cette foulée, la plateforme syndicale revendicative a lancé une grève avec service minimum dans les hôpitaux. Qu’en est-il des autres services ? Une journée dans deux ministères. Reportage

Dans les couloirs du ministère des Finances et du Budget, il y a moins de va et vient comme à l’accoutumée. Il est 11 heures passées. Accueillis à la direction de la communication, nous faisons le tour. Au contrôle financier, les yeux de quelques agents sur place sont rivés sur les ordinateurs. Après les salutations d’usage, nous avançons vers les services et divisions. Quelques bureaux sont fermés, mais pas à cause de la grève. C’est pour le respect des mesures dans les services, mises en place par le gouvernement pour faire face à la Covid-19. « Les services du ministère fonctionnent normalement, en dehors des services non essentiels suite aux mesures prises par le gouvernement pour faire face au coronavirus », explique le Directeur Général, Bidjere Bindjaki. Ce qu’attestent également les dispositifs de lavage des mains installés devant chaque service. 12 h, certains agents partent en pause mais d’autres comme à la direction du budget, continuent de travailler. Dans le bureau des conseillers, l’ambiance est bon enfant. Le ministère qui compte beaucoup d’entités essentielles pour le fonctionnement de l’Etat comme la douane ou les impôts n’a pas la culture de la grève soutient, le Directeur Général. Entre temps, dans les coulisses, les agents nous disent s’ils partent en grève qui va traiter les salaires ?

Un défi partagé

Dans les services centraux du ministère de l’Enseignement supérieur, les services ne sont pas assurés à 100 % pour des raisons de la Covid-19. Un agent rencontré sur place confie que ce sont plus les effets de cette pandémie qui sont ressenties. A l’Office national des examens et concours du supérieur par exemple, même si la délivrance des diplômes est suspendue à cause de la maladie, les directions comme celle des examens et concours fonctionnent. Les agents travaillent d’arrache pieds pour organiser les concours d’entrée dans les grandes écoles annoncés pour la fin de ce mois.

A l’image de ces deux départements ministériels, en dépit de la grève qui certainement trouvera un dénouement, le service minimum est assuré dans bien de ministères et entités sous-tutelles de l’Etat.

Badoum Oumandé Henri

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here