A LA UNE

Doba : Trois jours pour repartir du bon pied

Du 12 au 14 août 2022, les natifs du Logone Oriental se sont retrouvés à Doba pour <<Le grand conseil familial de Doba>>. Une initiative censée réunir les filles et fils de la province pour débattre des maux qui minent la cohésion sociale et par ricochet qui handicapent le développement de la localité.

Les linges sales se nettoient en famille dit un adage populaire. Une réalité à laquelle les natifs du Logone Oriental ont fait face dans un esprit de fraternité. Les retrouvailles de Doba sont présentées comme une tribune de libre parole pour débattre des maux qui minent l’entente et la cohésion des enfants de la localité.  Entre autres, maux qui entravent le développement de la province, il y a la guerre de leadership, la mésentente entre les enfants de la province, les conflits éleveurs-agriculteurs, les conflits fonciers, le manque d’infrastructures socio-éducatives, routières.

Les travaux se sont déroulés en séminaire puis en plénière. La première plénière a vu se succéder les chefs de cantons de la province pour des déclarations liminaires. Les préoccupations des chefs traditionnels et coutumiers sont axées les problèmes majeurs contenus dans le cahier de charge du grand conseil familial de Doba. Sur le plan du développement, le constat des filles et fils du Logone Oriental est sans équivoque. La province est en retard à tous les niveaux en dépit de ses nombreuses potentialités naturelles.

En guise de résolutions, les participants au grand conseil familial de Doba ont plaidé pour un changement de mentalité, une prise de conscience soutenue un vaste investissement des ressortissants qui en ont la possibilité dans leur province, une mise en place des meilleures politiques de vente de terrains, d’initiatives de regroupement, une valorisation accrue et positive des chefferies traditionnelles et coutumières, etc. Désormais, les leaders politiques issues de la province sont appelés à penser l’intérêt collectif au détriment de celui personnel, preparer la relève des leaders politiques.

Les 5 % de tous les problèmes

Dans les discussions, les enfants de la province ont souhaité que la gestion des 5 % des revenus du pétrole alloués à la province productrice soit confié à nouveau aux enfants de ladite province. Mais déjà, ils exigent le versement intégral des fonds suspendu depuis un certain temps. Pour une gestion optimale de ces fonds, il a été souhaité que le chef à porter sur la ou les personnes tienne compte des critères de probité morale et des compétences avérées et non des accointances politiques ou parentales.

Après cette rencontre de diagnostic sans complaisance dans un langage de vérité, une chance a été faite au pardon des cœurs dans la sérénité pour un nouveau départ. Ainsi, un comité de suivi des décisions est mis sur pied. C’est un comité de 11 personnes dont 5 résidents à N’Djaména et 6 à Doba.

Le président du comité d’organisation de ce grand conseil familial de Doba, général Hamadou Ngaro Ahidjo, a annoncé la pérennisation de l’initiative. Il a aussi salué la présence de tous les participants, excusé l’absence des uns et des autres pour des raisons diverses et exhorté les jeunes à se battre dans le bon sens.

 

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Cherté de vie : la libéralisation de prix tue les ménages

La cherté de la vie au Tchad a atteint un degré inquiétant. Cette hausse des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.