A LA UNE
Ph Abdallah Youwa

Agriculture : Le Tchad valide ses dépenses du secteur agricole 2020/2021

Sous la houlette du Programme des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), les techniciens et experts ont procédé, ce 19 octobre, à la validation technique des résultats de la revue des dépenses publiques agricoles et alimentaires pour la période 2020-2021.

D’emblée, le représentant pays du Fao, Marc Mankoussou, a précisé que cette revue est réalisée dans un contexte marqué par la persistance de la Covid-19. D’après lui, la réalisation de la revue des dépenses publiques consacrées au secteur agricole est d’une nécessité certaine. Dans la quête de la sécurité alimentaire, la revue des dépenses publiques agricoles et alimentaires reste un exercice utile pour les décideurs publics dans leur prise de positions et actions. C’est donc un outil d’information, de plaidoyer et de redevabilité.  En d’auprès termes, la revue des dépenses publiques consacrées au secteur agricoles permet d’apprécier le niveau de contribution de chaque acteur intervenants dans le secteur et demeure une base de plaidoyer auprès de ces acteurs pour plus d’investissements.

Sur la base des engagements des chefs d’Etat et de gouvernement dit « Déclaration de Maputo de 2003 » qui exige que les Etats consacrent 10 % de leurs dépenses publiques à l’agriculture, il est admis que le Tchad a connu une évolution contrastée dans les différentes revues qu’il a eu à réaliser. Au nom de la représentation de l’Union européenne au Tchad, Martin Wiese, a reconnu que le secteur agricole est stratégique dans le développement de l’économie nationale dans la mesure où il occupe plus de 80 % de la population active. Mais, des défis existent. Au-delà des aléas climatiques, il faut désormais faire avec la rupture des intrants agricoles du fait des conjonctures politiques et sécuritaires internationales.  Il en appelle, pour cela, à une synergie des acteurs pour agir efficacement et transformer le secteur au bénéfice des populations.

Dans son discours le ministre d’Etat, ministre de la Production et de la Transformation agricole, Laoukein Kourayo Médard, a mis en exergue les potentialités du pays dans le secteur agricole. Pour le ministre, les potentialités du Tchad en la matière sont telles que le pays peut rêver grand en termes des activités agro-sylvo-pastorales. Tout de même tempère le ministre, les défis ne sont pas à ignorer. En plus des difficultés d’ordre naturel, Laoukein Kourayo Médard a parlé d’un secteur peu performant faute de financement suffisant. La revue des dépenses publiques agricoles et alimentaires est donc, pour lui, un exercice primordial pour mesurer les efforts consentis et plaidé pour une mobilisation accrue de l’ensemble des acteurs du secteur.

Blaise Mbaïadoumbeye  

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Social : dix enfants réinsérés dans leurs familles

Le président fondateur du centre d’accueil et de réinsertion social des enfants et jeunes démunis, …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *