Inondations : Prévenir le risque d’inflation

Les inondations de ces derniers jours ont fait plusieurs sinistrés. Des familles se retrouvent sans abris exposées ainsi à toutes les intempéries. Le gouvernement du Tchad et ses partenaires se sont employés à secourir les personnes touchées. Si la prise en charge permet de soulager les victimes, l’après crue sera dure.

La crue causée la montée des fleuves Chari et Logone ont causé non seulement des dégâts matériels mais également a englouti des champs prêts à être récoltés. Tout au long de leurs lits de Sarh à N’Djamena en passant par Bongor, plusieurs champs de riz, de sorgho, etc. sont sous l’eaux. Faut-il le rappeler, le Tchad a déclaré un état d’urgence alimentaire cette année. Déjà, avec les évènements du 20 octobre qui ont exacerbé la crise liée aux inondations, certains commerçants sur les marchés ont commencé par faire des spéculations sur les prix des denrées de premières nécessités. Le carton de pate alimentaire qui se vendait à 7500 Fcfa se vend maintenant à 9000 Fcfa, le sucre de 10 kilos est passé 7000 Fcfa. Les prix de loyers ne sont du reste. Les céréales en général ont connu également pour le moment des légères augmentations. Avec les champs de riz et de céréales sous l’eau, le risque est de plus en plus grand dans le contexte actuel. Avec la crue et les inondations, la difficulté de ravitaillement de la ville est évidente.

Au moment où les maisons se sont écroulées en grand nombre dans les zones inondées, le prix des matériaux de construction augmentent de façon exponentielle. La benne de sable qui se vendait à 35 000 Fcfa est passée à 70 000 Fcfa. Dans les quincailleries, certains commerçants vendent avec une légère augmentation, d’autres ont préféré simplement fermés.

Devant cette équation à laquelle les populations sont confrontées, il est important de prendre des mesures d’anticipation. Car, le nombre de sinistrés continuent par accroître et les besoins vont crescendo. Le temps est à préparer l’après crue. Il faut un plan de relogement et de prévention d’éventuelle crue de cette ampleur.

Badoum Oumandé Henri

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Le tabac : un produit nuisible pour la santé humaine

Le Tchad a promulgué la loi du 10 juin 2010 interdisant de fumer dans les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *