A LA UNE
Ph/ATPE

Scolarisation des filles : Une fille instruite, de gros avantages (Dossier1/3)

Éduquer une fille, c’est éduquer toute une nation. Un adage connu de tous mais dont l’application demeure un vœu pieux dans bien des milieux.

Sans une bonne éducation, l’homme n’est rien. Au lieu d’être un citoyen, il devient un danger, un fardeau pour la société. L’instruction ouvre l’esprit des hommes et les outille à mieux affronter le combat de l’existence où les inégalités sont nombreuses.  Un acteur efficace doit pouvoir contribuer à l’avancement de sa cité et si possible des futures générations. Chose qui passe par un capital de connaissances, de savoirs et savoir-faire utiles. Et l’école est le lieu idéal pour leur acquisition, du moins pour un bon départ. Un principe qui ignoré ou mal perçu, fait plus de mal que du bien. Est-il exagéré d’affirmer aussi que la carence intellectuelle est une racine des maux au Tchad. Le charismatique Nelson Mandela convainc plus d’un homme lorsqu’il a laissé entendre ceci : « l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde ». Des politiques, mécanismes et institutions sont mis en œuvre pour s’arrimer à cette réalité mais la mayonnaise tarde à prendre. Selon les récentes statistiques, au Tchad, plus de 80 % des femmes sont analphabètes. Au starting-block du primaire, elles sont plus nombreuses que les garçons, mais au secondaire, leur nombre baisse et se compte au bout des doigts d’une main. Selon les spécialistes, il y a deux sources, la déscolarisation dûe aux élèves et celle imposée par les parents.

La présence des femmes politiques, diplomates, ingénieures, architectes et médecins sur la scène nationale et internationale, à la tête des grandes institutions et des Etats, apparait comme des stimulis et des modèles dont parents et filles doivent s’en inspirer. Ces exemples qui parfois forcent l’admiration doivent éblouir pour sortir les groupes hostiles et intégristes de l’obscurité. Les filles ne méritent pas moins. Elles sont dotées des mêmes capacités intellectuelles que les garçons. Certaines sont plus éveillées que ceux-ci. Avec l’évolution du monde, aucune excuse ne tient la route lorsque l’on voit les organismes tant nationaux qu’internationaux se déployer sur le terrain pour sensibiliser et appuyer et que les bienfaits de l’éducation ne sont plus à démontrer.

 

 

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Education : Protéger les acquis des enseignants

La plateforme des syndicats du secteur de l’éducation du Tchad, a célébré le mercredi 05 …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *