A LA UNE

Tchad : la renaissance du football féminin est amorcée après environ 4 ans de léthargie?

La cérémonie de lancement du championnat de football féminin organisé par la ligue provinciale de football de N’Djamena a eu lieu ce mercredi 03 juillet 2024 au stade de Paris Congo. Le match inaugural a opposé Cecus Fc contre Retrouvaille Fc  et s’est soldé par la victoire du dernier par 2 buts à 0.

Un public mobilisé et motivé après une longue attente, a répondu à l’invitation au stade de Paris Congo. Celle de voir après environ 4 ans, des joueuse sur la pelouse. Malgré la victoire de Retrouvaille Fc, la plus grande joie des amoureux de cette discipline, est de voir des visages féminins exprimés leurs talents. Le dysfonctionnement dans la gestion du football a plus impacté la volonté voire tuer le rêve des talents féminins pendant des années. Si le président de la ligue provinciale de football de N’Djamena, Mahamat Abdoulaye Adèche a rappelé à la veille que cette situation a conduit les filles à immigrer au Cameroun ou à abandonner leur rêve, que peut-on dire des infrastructures qui ne prennent pas en compte certains besoins spécifiques des filles?

D’aucuns diront même que les Sao version homme n’arrivent pas, combien de fois les filles. Les investissements et les opportunités ont été justes proportionnellement aux talents des deux versions? La réponse saute à l’oeil. La promotion du football féminin bien qu’étant une exigence de la Fédération internationale du football association (FIFA), a été toujours reléguée au second rang dans la priorité des différentes équipes qui ont géré la Fédération tchadienne de football association. La preuve, cette discipline ne survie que grâce à la volonté des amoureux qui se donnent avec leurs moyens personnels et souvent avec l’appui des personnes de bonne volonté. Le football féminin est l’angle mort dans les programmes et projets de la relance du football tchadien en général. Pourquoi?, la question reste entière.  

L’organisation de ce championnat au-delà du jeu, est une occasion pour engager une réflexion profonde sur cette discipline qui tangue tuant le rêve de nombreuses filles. La preuve, en un temps record, les dirigeants des clubs féminins ont mobilisé les joueuses dans un contexte marqué par la précarité. Où, les promoteurs peinent même à gérer les déplacements des joueuses pour l’entraiment. La raison est simple. Les joueuses n’ont qu’une seule envie, celle de jouer.

Badoum Oumandé Henri

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Taekwondo: Quelles leçons tirées de la prouesse de Betel Casimir ?

La toile s’enflamme depuis ce midi. Une flamme causée par Betel Casimir quand il y …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *