DNIS : bien cerner les problèmes des politiques publiques sectorielles

Les travaux dans la Commission 4 « Politiques publiques sectorielles » avancent bien dans les sous-commissions mises en place. Les membres de cette commission qui travaillent à la Maison nationale de la Femme se sont divisés en sous-groupes pour mieux appréhender les questions liées à leur thématique.

Pr Ali Souleymane Dabye, membre du volet éducation nationale, recherche et technologie espère que toutes les sous-commissions vont bien travailler. « L’esprit qui anime tout le monde c’est le travail bien fait. Il faut décortiquer point par point, secteur par secteur parce que ces occasions se présentent qu’une fois peut-être tous les 30 ans. Il faut qu’on fasse quelque chose pour que nos enfants, nos petits-fils et nos arrières petits-fils puissent hériter d’un bon pays ».

Dans le même ordre, Sandjima Dounia donne les raisons du choix porté sur cette commission. « Je me suis inscrit volontairement dans la Commission « Thématique politiques sectorielles » par ce que je trouve que c’est une thématique qui est à la base de tout. Si on règle les problèmes de santé, d’éducation, d’environnement, on aura réglé beaucoup de choses bien-sûr dans un contexte de paix ». Les sous-commissions ont adopté les méthodologies de travail. Pour lui, il faut faire des constats réels et réalisables en tenant compte du temps.

Riamian Doumtoloum Ghislain

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

وزير الإعلام الناطق الرسمي باسم الحكومة عبدالرحمن غلام الله يوضح الحصيلة الاخيرة للأحداث الأخيرة في منطقة منقلمي بولاية قيرا

جاء ذلك علي هامش اختتام أعمال الجلسة الصباحية من جلسات الحوار الوطني الشامل والسيادي حيث …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *