DNIS : bien cerner les problèmes des politiques publiques sectorielles

Les travaux dans la Commission 4 « Politiques publiques sectorielles » avancent bien dans les sous-commissions mises en place. Les membres de cette commission qui travaillent à la Maison nationale de la Femme se sont divisés en sous-groupes pour mieux appréhender les questions liées à leur thématique.

Pr Ali Souleymane Dabye, membre du volet éducation nationale, recherche et technologie espère que toutes les sous-commissions vont bien travailler. « L’esprit qui anime tout le monde c’est le travail bien fait. Il faut décortiquer point par point, secteur par secteur parce que ces occasions se présentent qu’une fois peut-être tous les 30 ans. Il faut qu’on fasse quelque chose pour que nos enfants, nos petits-fils et nos arrières petits-fils puissent hériter d’un bon pays ».

Dans le même ordre, Sandjima Dounia donne les raisons du choix porté sur cette commission. « Je me suis inscrit volontairement dans la Commission « Thématique politiques sectorielles » par ce que je trouve que c’est une thématique qui est à la base de tout. Si on règle les problèmes de santé, d’éducation, d’environnement, on aura réglé beaucoup de choses bien-sûr dans un contexte de paix ». Les sous-commissions ont adopté les méthodologies de travail. Pour lui, il faut faire des constats réels et réalisables en tenant compte du temps.

Riamian Doumtoloum Ghislain

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Cahier de charges de la transition : Pour une bonne gouvernance et d’un Etat de droit

Les préoccupations des participants au DNIS demeurent toujours la bonne gouvernance et l’Etat de droit …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *