Tchad : Le protocole d’accord du Cadre national de concertation des partis politiques est adopté

Le ministre de l’Administration du territoire, de la Décentralisation et de la Bonne gouvernance, Limane Mahamat, a présidé la rencontre des partis politiques pour l’adoption du projet du Cadre national de concertation des partis politiques (CNCP), le jeudi 2 mars 2023, au Palais des arts et de la culture.

Les partis politiques légalement connus au Tchad, se sont réunis pour créer un nouveau cadre, afin de remplacer le Cadre national du dialogue politique (CNDP). A cet égard, les présidents des partis politiques, les secrétaires généraux et les représentants des partis politiques, étaient en conclave pour adopter une nouvelle structure dénommée ‘’Cadre National de Concertation des Partis Politiques’’ (CNCP).

Ce qui précède, le nouveau cadre de concertation sera un organe indépendant administrativement et financièrement, libre dans ses prises de décisions. Il fonctionne sous l’égide de la loi. Ainsi, l’une des grandes innovations de ce nouveau cadre de concertation politique est l’institution d’une assemblée générale fonctionnelle qui fixe les grandes orientations. La Coordination des partis comprend 51 membres désignés par leurs pairs regroupés ou non regroupés pour un mandat d’un an renouvelable une fois.

Le Cadre national de concertation des partis politiques a pour objet de s’accorder sur le mécanisme de suivi du processus électoral, de la révision des textes régissant les partis politiques et leur financement.

Il a pour mission :

  • Suivre et contribuer à l’élaboration de l’avant – projet de la nouvelle constitution ;
  • Proposer au gouvernement des avant-projets des lois et des textes réglementaires relatifs au processus électoral ;
  • Contribuer à la mise en place des démembrements de la Commission nationale chargée de l’organisation du referendum constitutionnel ;
  • Contribuer à la promotion de la cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation nationale ;
  • Faire des suggestions sur des questions de la gouvernance ;
  • Donner quitus au choix de l’opérateur par la commission en charge de l’organisation des élections référendaires (CONOREC) ;
  • Faire le suivi de :
  • La mise à jour de la cartographie électorale ;
  • La révision du fichier électoral ;
  • L’organisation des élections référendaires, présidentielles, législatives, locales et sénatoriales ;
  • L’acquisition, par la CONOREC du matériel électoral ;
  • L’organisation de concertation politique sur des questions d’intérêt national.

La coordination sera dirigée par un bureau composé de 15 membres désignés pour un mandat d’un an renouvelable une fois et comprend :

  • Un coordinateur ;
  • Un coordinateur 1er adjoint ;
  • Un coordinateur 2ème adjoint ;
  • Un rapporteur général ;
  • Un rapporteur 1er adjoint
  • Un rapporteur 2ème adjoint ;
  • Trésorier général ;
  • Trésorier adjoint ;
  • Cinq conseillers.

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Présidentielle au Tchad : Alliance Bongoro Président 2024 voit le jour

Le Mouvement Populaire pour la Réforme (MPR) de David Varga, le Parti Républicain chapeauté par …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *