Enregistrement des naissances : le Tchad dernier en Afrique francophone

L’Unicef et ses partenaires ont organisé, la semaine dernière  à la Maison des Médias du Tchad, un  café de presse sur le thème « Défis de l’enregistrement des naissances au Tchad. Au menu, deux présentations axées sur l’état des lieux de l’enregistrement des naissances au Tchad et comment  accélérer l’enregistrement universel des naissances au Tchad d’ici 2030 ?

Pour  le spécialiste communication et enregistrement jeunes à l’Unicef, Ange Ayé-Aké, toute personne qui n’a pas une identité, n’existe pas juridiquement ; car  selon lui, l’état civil c’est la vie et c’est  grâce à lui que l’on peut faire la planification.  L’Unicef a un plan stratégique pour l’année qui vient de commencer  puisque l’enregistrement des naissances fait partie des priorités  des droits des enfants  au niveau du Tchad, a-t-il martelé.

Le premier intervenant, Hyacinthe Sigui a axé son exposé sur l’état des lieux de l’enregistrement des naissances au Tchad. Il indique que  parmi  les pays francophones, le Tchad a un faible taux en matière d’enregistrement de naissance. A  N’Djamena, selon  le spécialiste, du  préscolaire jusqu’au cours moyen, 38 mille élèves n’ont pas été déclarés à l’état civil.  Parlant de l’ensemble de l’école, l’on  note un nombre de 632 mille  élèves  qui n’ont pas leurs actes de naissance. Au regard de ce faible taux de l’enregistrement des naissances qui  pose un sérieux problème, cela doit interpeler tous les acteurs. Il a souligné qui avec ce nombre arrive en classe de la 3eme sans son acte de naissance, l’on peut imaginer ce que cela va donner comme résultat dans la société. Tout ce problème arrive parcequ’il y a une faiblesse dans le cadre juridique et institutionnel ; une insuffisance  des capacités budgétaires et matérielles du centre d’état civil et la faible mobilisation des populations.

Enregistrer à domicile

Le responsable de la cellule coopération  d’état civil de l’ANATS Brahim Ali Seïd  qui a présenté le thème : comment accélérer l’enregistrement universel des naissances au Tchad. Il s’agit de : « une maternité-vaccination, la santé communautaire  et la santé vétérinaires et aussi  la mise en place  des nouveaux  mécanismes  qui consiste  à  utiliser  les agents  accoucheurs  dans  les centres  de maternité  pour enrôler et enregistrer toutes  les nouvelles naissances à l’état civil. Utiliser les services de vaccinations pour enrôler et enregistrer  tous les enfants  qui viennent  prendre  le BCG ou de la polio, utiliser l’agent de santé communautaire pour enrôler et enregistrer  toutes les naissances de 73 % des enafnts qui interviennent  à domicile dans  les communautés rurales  et enfin  utiliser les agents vétérinaires  dans leurs stratégies pour enrôler et enregistrer tous les  éleveurs  nomades  à l’état civil ».

Newingar Minguéngué Jacqueline

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Société : Le « Mouvement Citoyen Notre Temps » a une nouvelle équipe

Le Mouvement Citoyen notre Temps (MONCIT) a tenu ce jeudi 11 avril 2024 au CEFOD …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *