Province de Mayo Kebbi Ouest : « Un effectif d’hommes et moyens vont de pairs pour sécuriser nos populations », Idriss Gaad Abdramane, Gouverneur

« Longtemps considéré comme un havre de paix, une terre d’accueil et de prospérité où il fait bon vivre, notre Province parait aujourd’hui victime de son hospitalité. La dimension géopolitique et stratégique le rend sensible à un ensemble de menaces sur le plan sécuritaire. Des familles victimes d’enlèvement ont perdu au cours de nos dernières décennie plusieurs certaines de millions de nos francs payés en rançon, des pertes en vies humaines, des bétails ou encore des tonnes de vivres font l’objet jusqu’aujourd’hui d’échanges de libération de leurs proches, auxquels s’ajoutent des attaques des coupeurs de routes et des organisations criminelles.

Beaucoup d’efforts ont été consentis pour bannir ce phénomène entaché de complicité ou de jalousie caractérisée, mais nous sommes  navrés d’avouer limités par un manque cruel des voies de communication facilitant la traque de ravisseurs, ou encore des moyens insignifiant vis-à-vis de la complexité de la mission de nos forces de défense et de sécurité. Faut-il le rappeler, qu’après avoir créé la zone de défense N0 12, le nombre de rapts a baissé considérablement, mais ceci est relancé par le départ de nos vaillants soldats pour d’autres missions.

Le scenario des attaques et le mode opératoire des assaillants sont d’autant plus redoutables que, la plupart du temps, ceux-ci commettent leur forfait et disparaissent sans être inquiétés. Certes, connaissant nos capacités mais vu les moyens limités devant cette situation fortement incertaine, dans un climat d’insécurité généralisé difficilement contrôlable, faut-il craindre le pire ? Je dis oui, Monsieur le Président !

Un effectif d’hommes et moyens vont de pairs pour sécuriser nos populations ainsi que leurs biens. La brutalité des évènements qui agitent cette Province, soit le long de la frontière ou à l’intérieure, en ce moment doit être prise au sérieux et considérée comme un signe avant-coureur capable de remettre en question la stabilité et la paix sociale observées. Cependant, pour répondre aux défis qui nous ont été lancés, pour une refondation d’un Tchad, réconcilié et uni, la mise à disposition des ressources adéquates est impérative, afin de répondre convenablement aux orientations et directives nécessaires données par le gouvernement ».

 

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Cherté de vie : le CESCE appelle à des actions urgentes

Le Conseil Économique, Social, Culturel et Environnemental (CESCE) a clôturé les travaux de sa première …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *