Enseignement supérieur : des réformes pour une formation de qualité

Les travaux des journées d’échanges et de réflexion sur l’enseignement supérieur au Tchad, sont clos ce vendredi 30 décembre 2022 à la Faculté des Sciences de la Santé humaine de l’Université de N’Djamena. À cet effet, plusieurs amendements ont été faits par les enseignants et experts.

Les travaux des  journées d’échanges et de réflexion sur l’enseignement supérieur placés sous le thème « Redynamisation de l’enseignement supérieur au Tchad : enjeux, défis et perspectives », sont clos. Des éminents spécialistes de l’enseignement supérieur ont décortiqué les problèmes qui paralysent l’enseignement supérieur au Tchad et ont proposé des solutions. Parmi les thématiques débattues, il  y a la gouvernance et assurance qualité, la problématique de l’enseignement supérieur public, le cadre de vie et de travail des enseignants et le  financement de l’enseignement supérieur. Le ministre d’État, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Tom Erdimi, a rappelé les enseignants à leur responsabilité. « Ces cinq jours d’intenses activités ont été sans doute riche d’échanges et de promesses pour l’avenir de notre système d’enseignement supérieur et de la recherche. Ce 30 décembre marque une nouvelle ère du système éducatif, une ère que nous voulons saine, transparente, sans corruption, sans trafic d’influence. Ces assises vont nous permettre de corriger le dysfonctionnement structurel et trouver des solutions aux maux qui minent l’enseignement et la recherche. La refondation de l’enseignement est d’abord nos habitudes, nos pratiques et nos manières de faire», a-t-il insisté.

Des recommandations

Les experts et enseignants, pour la réussite de l’enseignement supérieur au Tchad,  ont fait des recommandations. Ce sont entre autres, la réorganisation de la cartographie universitaire, il faut procéder au recensement et au déploiement des enseignants en fonction des besoins, au reversement des enseignants à la fonction publique, prendre des dispositions pour respecter les pactes sociaux et accords, procéder aux nominations en respectant les grades et tenir compte de l’expérience, les responsables doivent être transparents dans leur gestion, créer les œuvres universitaires dans tous les enseignements supérieurs, prendre des sanctions à l’égard  de ceux qui ne respectent pas les textes et restaurer la bourse d’études tout en la réglementant.

Kary  Amadou, stagiaire

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Enseignement supérieur : le système au scanner

Le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement  supérieur, de la Recherche  scientifique et de l’Innovation, Tom …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *