A LA UNE

Evolution du Tchad : le fondateur du FROLINAT est célébré pour son engagement

A l’occasion du 55ème anniversaire du décès du fondateur du Front de libération nationale du Tchad (FROLINAT), Ibrahim Abatcha, mort les armes à la main pour ses idéaux, l’Association Seïf Bin Zi Yazine pour le développement a marqué l’évènement le samedi 18 février 2023 à N’Djaména.

Pour le président du comité d’organisation de la cérémonie, Yaya Moustapha Yaya, le fondateur du FROLINAT Ibrahim Abatcha est un héros dont les œuvres sont restées indélébiles dans l’Histoire révolutionnaire du Tchad. « Cet homme ainsi que ses compagnons ont voulu apporter des souffles nouveaux à l’injustice et à l’oppression de leur peuple en mettant sur pied ce Mouvement dont les actions ont été saluées par plusieurs personnes éprises de paix et de justice », a-t-il relevé.

A cette occasion, le représentant de la famille de l’illustre disparu a reconnu qu’en commémorant le décès d’Ibrahim Abatcha tombé un 11 février 1968 au front pour la cause de la liberté et de la démocratie, ce dernier a laissé un vide au sein de sa famille biologique et de sa famille politique. En procédant au coup de ballais et de pioches du nettoyage du boulevard qui porte son nom (devant le ministère de la Santé publique, Ndlr), les initiateurs de l’évènement ont marqué un coup poignant. Ce qui entre en droit ligne de ce que les plus hautes autorités actuelles du pays accordent à ce valeureux Tchadien.

Dr Aboubakar Djibrine, le compagnon de lutte du défunt, a tenu un propos significatif : « Abatcha, c’est du courage, de la détermination, de l’humanisme et la recherche de l’unité du Tchad dans la liberté ». Quant au représentant de la maire de la commune du 8ème arrondissement, Dogo Mayo, il s’est appesanti sur l’initiative qui a consisté à coupler l’évènement au nettoyage du boulevard qui porte le nom d’Ibrahim Abatcha.

Après les coups de pioches et ballais, la représentante des techniciennes de surface, Aché Mahamat, a exprimé sa fierté pour leur implication dans cette opération. « Ibrahim Abatcha a planté un arbre sous lequel tout le monde s’abrite aujourd’hui », a conclu pour sa part le représentant de la communauté Kanourie, Aboubakar Madou, dont est issue le disparu.

Riamian Doumtoloum Ghislain

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Fête de ramadan : Les clients face aux cas de vols et agressions dans les marchés

À N’Djaména, au marché Dembé comme au marché à Mil, les espaces sont bondés de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *