Frontière Tchad-Cameroun : quinze bornes sur les 42 sont identifiées

Au cours d’un atelier organisé au Palais des Arts et de la Culture le mardi 23 mai 2023, les experts tchadiens et camerounais ont présenté leur rapport de mission de reconnaissance et d’évaluation de la frontière Tchad-Cameroun sur le tronçon allant du pont triple Tchad-Cameroun-RCA à la borne N052 situé entre l’arrondissement de Gobi au Cameroun jusqu’à Fianga.

Cette mission visait entre autre objectifs, l’identification du point triple entre les 3 pays et le repérage des bornes frontières de l’époque coloniale. Goundoul Vikama chef de la délégation tchadienne, indique que du 7 au 21  mai 2023, les experts bien équipé ont sillonné les localités frontalières, pour identifier et démarquer les frontières entre les deux pays. Ceci dans le but de consolider la paix, les relations de bon voisinage et de mettre un terme à toute converse.

Selon Dr Ndzana Louis-de-Gonzaque Anaclet, chef de la délégation camerounaise, cette Commission ad hoc de repérage et d’identification des frontières entre le Tchad et le Cameroun est consciente que la géographie, l’histoire et la culture ont cimenté les liens entre les deux pays. Il ne faudrait pas que les frontières soient des murs mais des ponts, des passerelles et des traits d’union entre les peuples.  C’est donc  à partir de Toboro au Cameroun que les travaux ont commencé, précisément dans le cours d’eau Mbéré, point triple entre les trois États dont les localités proches sont Mbaï-Mboum au Cameroun et Bitoye au Tchad. Certaines bornes ont été retrouvées,  d’autres non. Les populations vivent en harmonie nonobstant quelques incompréhensions signalées dans certaines localités. Les experts suggèrent que les recherches se poursuivent, la multiplication des séminaires de renforcement des capacités  et des missions de terrain ainsi que l’évaluation des frontières et le renforcement de la sécurité entre les frontières. Sans oublier la relance de la commission mixte transfrontalière entre les deux pays.

Etaient de la partie, les ministres tchadiens en charge de la Sécurité publique, de l’Administration du territoire et de l’Enseignement supérieur et l’ambassadeur du Cameroun au Tchad. Pour le ministre de l’Administration du territoire, de la Décentralisation et de la bonne Gouvernance, Limane Mahamat, c’est un travail remarquable qui participe du devoir mémoriel. Cette initiative, rassure-t-il, permet de délimiter les sites d’implantation des populations. « Avant que notre génération ne disparaisse, il faut avec la présence de certains laisser les traces pour les générations à venir. L’ultime but est le co-développement et la co-prospérité entre les communautés à cheval entre les deux pays », soutient le ministre. Tous les intervenants plaident pour le parachèvement de ces recherches pour éviter un éternel recommencement.

À propos de ATPE

Vérifier aussi

حزب حركة الخلاص الوطني التشادية يعلن اطلاق انشطته السياسية رسميا

أعلن عصر يوم الخميس 11 من أبريل 2024، رئيس حزب حركة الخلاص الوطني التشادية المستشار …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *