Loi de finances : les conseillers nationaux à l’école du savoir

Une journée d’information sur la lecture et la compréhension de la loi de finances se déroule depuis ce matin au siège de la représentation nationale en faveur des conseillers nationaux. C’est la deuxième vice-présidente du Conseil national de transition, Dr Khadija Adoum Attimer qui a ouvert les travaux.

Cette journée d’information placée sur le thème « la lecture et la compréhension de la loi des finances », la deuxième du genre dispensée par le Cabinet Abouna Conseil Fiscal (A2CF) permettra aux conseillers nationaux de s’approprier les techniques nécessaires à la compréhension du budget.

« Notre préoccupation en sollicitant cette rencontre, c’est de permettre à la représentation nationale d’avoir un certain nombre d’outils pour mieux apprécier la conception du budget et à maîtriser les différentes techniques d’évaluation du budget » souligne le responsable du Cabinet Abouna Conseil Fiscal(A2CF), Oumar Abouna.

La journée du 26 décembre 2002, d’après le point focal à l’Assemblée nationale chargé de séminaires et formations Dr Jacques Laouhingamaye, marquera à jamais le tournant du travail parlementaire en matière d’examen du projet de budget de l’État, en ce sens que c’est pour la première fois que les législateurs qu’ils sont, recevront avant l’examen d’un budget de l’Etat, une journée d’information sur les différents points aussi riches que variés en lien avec le rôle que les conseillers nationaux doivent jouer pendant l’adoption de la loi des finances 2023.

Les finances publiques, d’après la deuxième vice-présidente, recouvrent l’ensemble des règles qui régissent les ressources et les charges de l’Etat. C’est un domaine dont, poursuit-elle, la technicité et la complexité nécessitent une solide formation pour une meilleure compréhension. « Nous espérons qu’au sortir de cette journée, le plus  profane d’entre nous en finances publiques sera à même de comprendre les principes budgétaires ainsi que les différentes contrôles budgétaires qu’exerce le Parlement », lance Dr  Khadija Adoum Attimer à l’endroit des bénéficiaires de cette formation.

Serge Nekoulko Nadjingar

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Infrastructures routières : les dommages des travaux à main levée

Retardé par son double enclavement naturel, le Tchad s’est lancé dans la construction des routes. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *