PND : Instrument de développement ou programme politique ?

Dans le cadre de la mise en œuvre de la «vision 2030, le Tchad que nous voulons » ; la volonté des plus hautes autorités de faire du Tchad une puissance régionale émergente, trois Plans Nationaux de Développement (PND) ont été prévus, notamment, le PND 2017-2021, le PND 2022-2026 et le PND 2027-2030. Ces Plans Nationaux de Développement ont pour but d’accélérer la transformation structurelle dans les domaines social, de la gouvernance et de l’Etat de droit, de l’économie et de l’environnement, afin de permettre à tous les Tchadien d’avoir un accès équitable aux services sociaux de base.

Adopté par le gouvernement en juillet 2017, pour une durée de cinq (5) ans, le premier Plan National de Développement 2017-2021 intitulé « Ensemble, œuvrons pour un Tchad toujours fort, solidaire et prospère », a pour objectif général de jeter les bases d’un Tchad émergent dans un climat de stabilité ; d’œuvrer pour un Tchad en paix, respecté et impliqué dans son environnement régional et international ; de donner la possibilité à chaque citoyen d’accéder à l’eau et à la santé, au logement ; à l’énergie et à la mobilité et de bâtir un Tchad dynamique, fort économiquement et respectueux de l’environnement.

Le Tchad a commencé la mise en œuvre de son Plan national de développement dans un contexte peu favorable à l’atteinte des objectifs fixés. Celui-ci a été caractérisé par une grave récession économique due à la baisse des prix du pétrole depuis fin 2O14 sur le marché mondial, et l’afflux des réfugiés, des déplacés interne et étrangers dû à l’insécurité dans les pays frontaliers et au tour du Lac Tchad du fait de la secte Boko Haram. Cette situation a eu des répercussions sur le revenu par   habitants qui a fortement diminué de 1,026 USD en 2014 à 670 USD en 2017 (Banque Mondiale). Bien que le PND 2017-2021 est élaboré selon un processus participatif et inclusif, il découle d’une part d’une analyse de situation à partir d’étude rétrospective, de suivis annuels de la mise en œuvre du PND 2013-2015 et de celles des progrès vers l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement et d’autre part, des aspirations des populations recueillies à travers des enquêtes.      Toute porte à croire que ce PND n’est pas orientés vers les besoins réel de la population. Le gouvernement a d’abord commencé son plan de développement à travers les Objectifs du Développement Durable qui résume les besoins primordiaux de la population et au plus bas niveau Mais ces ODD ne sont pas encore atteint pour le bénéfice de la population que le gouvernement a lancé le PND pour booster les réalisations des ODD qui sont encore loin d’être atteints. Le développement durable est l’idée que les sociétés humaines doivent vivre et répondre à leurs besoins sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Les ODD font suite aux OMD et ne sont pas un projet politique mais plutôt mondial.

Remettre les populations au centre des objectifs

Les 17 ODD sont la vision partagée par l’humanité et non un contrat social entre les dirigeants du monde et les peuples pour le bien être de la planète et ses habitants. Le gouvernement du Tchad n’a pas vraiment atteint ces objectifs et a plutôt lancé le PND pour faire du Tchad un pays émergent ; alors que sa population vit au plus bas de l’échelle. L’ODD 2 parle de faim zéro alors que les tchadiens vivent dans la pauvreté totale où trouver un seul repas par jour pour une famille s’avère très difficile. L’ODD 6 qui met l’accent sur l’accès à l’eau potable alors que la population rurale en souffre amèrement. L’ODD 3 parle de la bonne santé et  du bien-être, mais dans les coins reculés du Tchad la population doit faire plus de 50 kilomètres pour avoir accès à un centre de santé surtout pour les soins prénataux et l’accouchement. Ces trois exemples prouvent à suffisance le non suivi et évaluation des projets par le gouvernement du Tchad. S’il faut évaluer les  Plan d’Action Prioritaires de chaque ministère dans le PND ; tous les projets lancés de 2017-2021 ne sont pas vraiment réalisés alors que le premier PND a déjà pris fin avec moins du concret. Le ministère en charge de ces projets doit suivre et évaluer tous les projets initiés par les ministères sectoriels et aussi apporter son appui technique.

Modimadji Djimas Justine

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Ministère de la Communication : le plan de carrière des agents au centre des préoccupations

Le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Aziz Mahamat Saleh, a rencontré ce lundi …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *