A LA UNE

Province du Moyen Chari : « Pour sécuriser le Moyen Chari, il faut au minimum 1200 éléments », Ousman Brahim Djouma, Gouverneur

« Il faut signaler la détention illégale par les civils des armes de guerre dans la Province du Moyen-Chari. Cette détention illégale d’armes de guerre est à l’origine de nombreux conflits meurtriers. Bien que les plus hautes autorités aient envoyé une équipe de désarmement dans la zone, cette équipe est réduite en nombre et en moyens financiers. Ce territoire est une zone forestière qui nécessite des renseignements et non des fouilles comme le cas dans d’autres zones. Pour récolter des résultats sur ce terrain, nous demandons le renforcement de cette équipe en moyens humains et financiers.

La présence d’hommes armés dans le Département de Korbol constitue une source d’insécurité pour la population. Ils impactent négativement sur l’économie du département et sur l’environnement, notamment le Parc National de Mandat en y mettant la pression sur la faune.

Pour remédier à cela, nous souhaitons le renforcement de nos forces de sécurités en moyen roulant et humains, bien que ce dernier temps la gendarmerie vient d’être dotée de deux véhicules, ce qui est insuffisant pour une si grande province qui regorge quatre (4) grands Départements. Sur le plan humain, pour sécuriser le Moyen Chari, il faut au minimum 1200 éléments de sécurités pour tous les différents corps. Pour une population de 20.000 âmes, nous n’avons que 2 à 3 gendarmes. Ils ne peuvent en aucun cas intervenir en cas de besoin ».

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Communication: le ministre Boukar Michel prend contact avec le personnel

Le ministre des Communications, de l’Economie numérique et de la Digitalisation de l’administration  Boukar Michel …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *