A LA UNE

Dégradation des candélabres :Quel rôle joue la mairie ?

L’électrocution dans la ville de N’Djaména, à cause de l’incivisme des citadins, bat son plein en cette période de forte chaleur, occasionnant des pertes en vies humaines et d’énormes dégâts matériels. Pourtant, il existe un service bien indiqué qui devrait se charger de ce problème récurrent.

La montée de la canicule en cette période impacte négativement sur les appareils électriques et ont des conséquences importantes sur la vie humaine et les biens de la population. Pendant cette période, les câbles électriques prennent trop de coups. Et l’on ne fait qu’enregistrer les courts circuits dans les ménages ainsi que dans les grandes institutions publiques et les lieux publics notamment les marchés. Dans les marchés par exemple, ce problème est répétitif car il y a des commerçants qui font des branchements clandestins ou anarchiques. Ces branchements anarchiques sont source d’incendie quotidien.

Aussi, faut-il reconnaître que des fois c’est par incivisme notoire que certains citoyens percutent les panneaux électriques en conduisant en état d’ébriété, en étant au téléphone ou par imprudence. Il y a également ceux qui conduisent en méconnaissant le code de la route. Ces actes se passent parfois à des heures tardives et il est très difficile de rattraper ces auteurs et les verbaliser. Or, il y a une dizaine d’année, une ancienne maire de la capitale a imposé la réparation ou le remboursement de tout candélabre endommagé. Cette mesure est-elle toujours en vigueur ? Car il est bien difficile de comprendre que des chauffeurs des gros porteurs surchargent leurs engins avec des marchandises dépassant la hauteur autorisée au vu et au su de tous et heurtent les câbles électriques qui lâchent et tombent sur la route mettant en danger la vie des passants.

Penser aux intérêts des usagers

Ces câbles qui tombent sans être automatiquement réparés causent énormément des dégâts pendant la saison des pluies. Ce phénomène avait eu lieu en 2020 dans le carré 9 à Moursal dans la commune du 6ème arrondissement où un enfant âgé environ 7 ans avait perdu la vie suite à une coupure du câble qui est resté dans l’eau.

Les responsables des communes sont à cet effet interpellés afin de prendre leurs responsabilités pour rétablir les éclairages publics afin d’éviter les pertes en vies humaines et les dégâts matériels causés aux usagers innocents.

Hadje Delphine (stagiaire)

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Présidentielle au Tchad : l’ANGE dit être prête pour le 06 mai

Le rapporteur général de l’Agence nationale de Gestion des Election (ANGE), Tahir  Oloy Hassan rassure …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *