Respect des droits de l’homme : La CASCIDHO interpelle les pouvoirs publics

La Coordination des Associations de la Société civile et de Défense des Droits de l’Homme (CASCIDHO) a fait sa rentrée sociale 2022-2023, ce jeudi 22 décembre à N’Djaména. Tous les sujets liés aux violations des droits humains ont été passés au crible.

Cette  rentrée sociale de la Coordination des Associations de la Société civile et de Défense des Droits de l’Homme (CASCIDHO) est placée sous le thème, « mission, place et rôle de la société civile dans la réussite de la transition phase II.» Le Coordonnateur national de la CASCIDHO, Mahamat Digadimbaye a expliqué le bien fondé de cette rencontre. «  Déjà 24 ans d’existence sur l’échiquier de la société civile, la rentrée sociale est pour CASCIDHO une occasion d’observer une halte, de jeter un regard rétrospectif afin de faire une analyse sur notre marche et de fixer en toute objectivité le cap de l’année qui s’achève.  Dans le cadre de nos activités, nous avons fait d’importantes avancées sur le dossier des retournés tchadiens, victimes de la guerre en RCA  en 2013 à la Cour Pénale Internationale », a-t-il relevé.

Mahamat  Digadimbaye, a aussi informé que la CASCIDHO a bénéficié d’une subvention de 32 milliards de francs CFA du Fonds Européen pour le Développement, visant à promouvoir la participation politique féminine dans les instances  décisionnelles locales. Il a condamné  les actes de barbarie. « 2022 est  pour le Tchad une année sombre par rapport aux conflits intercommunautaires et des manifestations ayant occasionné des pertes en vies humaines et matérielles. Nous condamnons ces évènements fâcheux en matière des violations des droits humains. La CASCIDHO ne doit pas être spectatrice, elle exige de la part des organes qui dirigent la transition, la prise en charge des préoccupations de nos populations relatives à la bonne gouvernance, les droits humains, les libertés fondamentales et la sécurité de tous », a suggéré le coordonnateur.

Mahamat Nour Ibédou , Président de la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) pour sa part, a rassuré que  son institution soutiendra toutes les actions que mènera la CASCIDHO. « Nous prenons garde à ce que les prochaines élections se tiennent dans la transparence. La CNDH veillera sur la protection et la protection des droits de l’homme.» Toutefois, 6  associations membres de la CASCIDHO ont été distinguées par des attestations de reconnaissance. Il s’agit de l’Association Lamy-Fortain, le Réseau des Associations des personnes handicapées, l’Association des femmes pour la paix et la sensibilisation, la Compagnie artistique Mandargué, les Coordinations provinciales de la CASCIDHO du Ouaddaï et du Borkou.

Kary  Amadou, stagiaire 

 

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Cimetière de Toukra : certaines tombes emportées par les eaux

Certains  citoyens qui ont  enseveli  leurs proches au cimetière de Toukra  constatent que, les eaux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *