A LA UNE

Football féminin : Le club CECUS fait honneur au Tchad à Malabo

Pour la première fois, un club de football féminin du pays des Sao parvient aux demi-finales de la coupe d’Afrique des clubs champions féminins zone Afrique centrale. Le tournoi s’est déroulé du 10 au 17 septembre 2022 à Malabo en Guinée Equatoriale.

Les joueuses issues du Centre d’éducation culturelle et sportive (CECUS) ont valablement représenté le Tchad à cette compétition avant d’être éliminées par les congolaises du Tout puissant Mazembé. Occupant ainsi la quatrième place, ce club de football féminin qui existe depuis dix ans est composé des joueuses formées par le club et celles venues des autres clubs du pays. Le club a fait ses preuves dans les tournois locaux et internationaux comme jeunes Talents Airtel au Rwanda en 2019. Un palmerais à mettre à l’actif des membres de l’équipe, selon Misdongarti Nodjina, le président de la commission du CECUS/FC. Les dirigeants de l’équipe se sont mobilisés pour apporter leurs aides aux joueuses avant et pendant toutes les compétitions par amour pour le football et la patrie.

Un parcours sans faute malgré les difficultés

Misdonagarti Nodjina salue l’effort du Comité de Normalisation du football qui a donné environ 6 millions pour le tournoi national ayant permis de sélectionner la meilleure équipe devant représenter le pays. “Le tournoi regroupe les clubs de Moundou, Doba et CECUS/FC. Après trois matches livrés, le CECUS/FC est sorti premier. Après avoir attendu en vain l’aide du ministère de tutelle, c’est le CONOR qui nous a payé les billets d’avion aller-retour. Arrivés à Malabo, la communauté tchadienne résidant en Guinée équatoriale a cotisé 500 mille pour encourager l’équipe”. Malgré les vicissitudes, le club place la dragée haute: “Nous comptons remporter le titre national cette année, trois de nos joueuses ont été sollicitées par d’autres clubs. Notre objectif, c’est de faire en sorte qu’il y ait des joueuses tchadiennes à l’international”, confie Misdongarti Nodjina. Pour ce dernier, bien que pour le moment le football ne nourrisse pas son homme au Tchad, les individualités peuvent parler en faveur des meilleurs. C’est le cas de Marius venu de Doba qui évolue aujourd’hui en Espagne. Raison de plus pour ne pas baisser les bras et garder l’espoir malgré les déceptions. Parlant des sponsors, il souligne qu’ils permettent à une équipe de vendre l’image de marque d’une l’entreprise. Une politique, lance-t-il, que l’Etat doit développer pour aider les sportifs.

Doukoundjé Caroline

À propos de Henry Badoum

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *