Inondations au Tchad : Près de 111 milles sinistrés dans 8 provinces

Entre fin juillet et début août  2022, de grosses précipitations sont enregistrées sur le sol tchadien. Les eaux de pluies ont fait d’énormes dégâts matériels laissant plusieurs personnes sans abri.

Selon le rapport du Bureau de la coordination des Affaires humanitaires (OCHA), les prévisions pour la saison des pluies faites au niveau régional pour 2022, estiment que les niveaux de précipitations seront supérieurs à la moyenne au Tchad. Cela est dû à l’arrivée précoce des pluies de la saison en cours avec des épisodes exceptionnels de fortes pluies et inondations. OCHA Tchad informe qu’en date du 14 août dernier, le bilan provisoire des sinistrés causés par les inondations a enregistré 110 841 personnes sinistrées et 18 564 ménages touchés.

N’Djaména  compte  plus  de 41 milles sinistrés  

D’après OCHA, la ville de N’Djaména est celle qui compte le plus grand nombre de sinistrés avec 41 262 personnes touchées, suivis de la province du Sila avec 25 501 et du Batha avec 14 226. Certains habitants de la capitale ont du mal à se rendre d’un endroit à un autre à cause des eaux des pluies. D’autres cherchent refuge dans des écoles et/ou auprès des parents et amis. C’est le cas de Nagong Fabrice, habitant du quartier Abena dans le 7ème arrondissement. « J’ai déjà fait plus de 10 ans dans ce quartier mais je n’ai pas vu autant de maisons écroulées. Vous voyez là-bas chez le voisin 8 chambres sont à terre. Moi je suis en train d’aller habiter chez un parent qui vit à Kamnda », s’inquiète-il. Nous avons rencontré Fabrice dans une pirogue à Abena non loin du marché, traversant les eaux pour Kamnda.

Du rond-point 10 octobre en allant vers le marché de Dembé, c’est une marre d’eau. Devant le stade d’Abena, l’on dirait que ce sont les berges du fleuve Chari. Les riverains lavent leurs engins et leurs linges. « On souffre beaucoup en ce moment. Il faut patauger dans l’eau tous les jours pour avoir de quoi manger puis que la route qui va au marché est transformée en marigot », clame une riveraine.

Toutefois, le président du Comité de pilotage pour la lutte contre les inondations, le Maire de la ville Ali Haroun vient de lancer un appel d’offre à trois entreprises de pompage et drainage des eaux,   dans le but de décanter la situation.

Pour l’instant, seuls les sinistrés de la province du Sila reçoivent une assistance en kits alimentaires et non-alimentaires provenant du gouvernement et des Ong.

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Social : dix enfants réinsérés dans leurs familles

Le président fondateur du centre d’accueil et de réinsertion social des enfants et jeunes démunis, …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *