A LA UNE

Khalit Ait Taleb, ministre marocain de la santé et de la protection sociale: « L’Afrique ne peut compter que sur l’Afrique »

Le ministre marocain de la santé et de la protection sociale Khalit Ait Taleb a accordé une interview à la presse marocaine et internationale sur les questions liées à la sécurité alimentaire et sanitaire, la réduction des risques et la gestion des catastrophes naturelles.

Pour le ministre de la santé et de la protection sociale, cet événement organisé sous le haut patronage de Sa Majesté, se déroule dans une période de conjoncture douloureuse aujourd’hui. « Nous venons de passer le désastre qui a touché une partie du Maroc. Avec bien sûr les efforts et la conjugaison de toutes les parties prenantes, nous avons pu maîtriser la situation, mais à travers cela, il y a eu quand même un signal très fort que l’Afrique peut compter sur elle-même » a-t-il souligné.

Le potentiel africain est très important, c’est pour cela, nous organisons cet événement pour dire que nous faisons preuve d’une résilience qui est très importante. Cette résilience peut toucher plusieurs domaines, non seulement la santé, mais peut toucher également de nombreux secteurs. Aujourd’hui la santé, il y a une prise de conscience. Elle est devenue une question centrale dans les politiques publiques.

S’il y a un problème d’eau, il y a un problème de santé dit-il. Et s’il y a un problème d’alimentation, il y a également un problème de santé. Si l’environnement est pollué, il y a un problème de santé. Si l’animal va mal, il y a un problème de santé donc dans le cas d’une approche One Health que nous sommes en train de travailler pour qu’il y ait une seule vision pour le continent africain a martelé Khalit Ait Taleb.

À la convergence des différentes politiques publiques et des efforts, le ministre de la santé informe qu’ une seule feuille de route va sortir avec une résolution qui débouchera sur une charte et qui plaidera la souveraineté sanitaire à travers bien sûr la multiplication des efforts des différents pays. « Nous étions passés par la crise de la COVID et nous avons fait preuve d’une bonne riposte. Nous sommes aujourd’hui en train de lutter contre plusieurs défis qui nous guettent à l’échelle planétaire. Ces défis sont de taille. Il s’agit des mutations technologiques, avec le progrès qui entraîne des glissements dans les compétences sanitaires. Il y a aussi le fardeau de l’industrialisation et de l’industrie pharmaceutique » a-t-il indiqué.

Certaines maladies sont évitables aujourd’hui. À cause de l’eau, de l’environnement, de l’alimentation d’autres maladies, on peut les réduire et les traiter correctement. Avec la politique de réduction des risques, on peut maîtriser et minimiser les dépenses publiques. C’est pour cela qu’aujourd’hui le potentiel africain est très important. C’est le continent le plus jeune qui existe aujourd’hui sur terre. C’est là où il y a la population la plus active et nous pouvons compter sur une protection sociale avec cette richesse-là. C’est pour cela que Sa Majesté a lancé toujours la paix dans le continent africain. L’Afrique ne peut compter que sur l’Afrique.

Abakar Gombo Doungous

 

À propos de atpe

Vérifier aussi

Deuxième conférence Africaine : La question sur la sécurité alimentaire en Afrique et dans le monde est au centre de débat

Les travaux de la 2ème édition de la Conférence Internationale sur la Réduction des Risques …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *