Médias : en guerre contre la désinformation

La Maison des médias du Tchad et la Haute Autorité des Media et l’Audiovisuel(HAMA), avec l’appui technique de Canal France international (CF)I, Agence française de développement médias et le soutien financier de l’Ambassade de France au Tchad, organisent le Forum contre la désinformation au Tchad. Le lancement de cette rencontre a eu lieu le lundi 20 février 2023 à l’hôtel la résidence.

C’est dans le cadre du projet Désinfox Afrique lancé en 2020, que Désinfox Tchad organise ce Forum. Il vise à sensibiliser les médias tchadiens aux enjeux et moyens de lutte contre la désinformation, et à former des journalistes au fact-checking et à la production des contenus de déconstruction de fausses informations. Ce Forum de deux jours regroupe les journalistes issus des différents organes de presse. Des activités d’éducation aux médias et à la citoyenneté numérique des jeunes sont également au menu de ces assises. Ceci, pour leur apprendre à utiliser les réseaux sociaux de manière raisonnée et à jouer un rôle de vigile de la désinformation.

Abdramane Barka, président de la Hama affirme que la Haute autorité des médias et de l’audiovisuel se sent honoré de patronner ce forum organisé par la Maison des médias du Tchad. L’information, souligne-t-il, a plus résisté et demeure au fil des siècles comme un bien de première nécessité sans pour autant parvenir à se protéger de la déformation. Son accessibilité à tous  par droit et devoir des uns et autres, ajoute-t-il, l’expose à la manipulation qui déstabilise son fondement. Au nom du droit du public à l’information libre, complète et véridique, les journaux, radios et télévisions se sont développés. La démocratie, conclut Abdramane Barka,  a eu recours à des régularités de l’information et de la communication pour en assurer l’accès et un exercice professionnel.

A propos de la désinformation, le Secrétaire exécutif de la Maison des médias du Tchad, André Kodmadjingar déclare que celle-ci se pratique chaque jour sur les différentes plateformes et les réseaux sociaux sur toutes ses formes notamment la manipulation de l’information. Cette situation, poursuit André Kodmadjingar, menace non seulement la cohésion sociale  mais aussi le vivre ensemble des Tchadiens qui sont trop énorme  sur l’accès  du public à une information fiable.  La lutte contre les fausses informations sur les réseaux sociaux exige des coûts professionnels.

 

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Femmes journalistes : aux prises avec les exigences du foyer

Le métier de journaliste demande beaucoup de disponibilité et d’abnégation. A N’Djaména, bon nombre de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *