N’Djaména : Rareté du sucre sur les marchés

Ces derniers temps, le sucre se raréfie dans les différents marchés de la ville de N’Djamena et partant dans toutes les provinces du Tchad. Il s’agit plus particulièrement du sucre en carreau empaqueté dont le prix a grimpé de 1000F. CFA à 1500 F. CFA. Qu’est-ce qui peut expliquer cette rareté qui a impliqué cette hausse de prix?

Le sucre fait partie des produits de premières nécessités les plus consommés par la population tchadienne. Bien que produit par la Compagnie sucrière du Tchad (CST), une grande quantité est importée des pays voisins notamment du Cameroun, Nigeria, soudan pour combler le déficit.

Le sucre devient de plus en plus rare dans les boutiques tout comme dans les grandes alimentations. Les consommateurs ont du mal à en trouver. La plupart des lieux où l’on déguste le café sont fermés à cause de cette rareté du sucre et de son prix élevé. Kosmadji Rodolphe gérant dans l’un de ces points de vente du café explique qu’il a fermé son établissement à cause de la hausse de prix du sucre. « Auparavant, nous achetons le paquet à 1000F et subitement le prix est monté à 1250F et aujourd’hui c’est à 1500f. C’est inadmissible », tonne-t-il.
Une tasse de café selon Kosmadji Rodolphe coûte 200f. « Pour une tasse de thé, les clients utilisent 5 à 6 carreaux voire 7 et cela ne nous rapporte pas grand-chose comme bénéfice », se lamente-t-il. Depuis quelques jours, avec l’augmentation du prix du sucre sur le marché, nous sommes contraints d’ajouter 50f sur le prix de la tasse à café mais les clients boudent. « Je me suis rapproché de mon boutiquier pour en savoir plus sur cette augmentation de prix du sucre, il m’a fait savoir que le problème n’est pas à son niveau. Par le passé, nous achetons le carton du sucre à 17 000 francs mais de nos jours il faut débourser 25 000 francs », explique le boutiquier.

Djimet Bichara, commerçant au marché central de N’Djaména confirme la flambée des prix « Avant, on vendait le paquet du sucre à 1000 fcfa mais pour le moment les grossistes vendent le carton à 25 000 Fcfa et les détaillants sont obligés de vendre à 1500 fcfa le paquet pour avoir une marge de bénéfice ». La cause de cette flambé de prix est due aux prix élevés des taxes douanières greffées sur toutes les marchandises importées.

Tormadji Nina Prisca, stagiaire

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

اقتصاد: وزارة الافاق الاقتصادية تنظم ورشة مراجعة محفظة المشاريع التي يمولها البنك الاسلامي

افتتح الامين العام لوزارة الافاق الاقتصادية والشراكة الدولية محمد شايبو ابراهيم اعمال ورشة مراجعة محفظة …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *