Sécurité : collaboration journalistes et forces de l’ordre pour une démocratie vivante

L’Union des journalistes tchadiens (UJT) en partenariat avec l’UNESCO organise un atelier d’échanges sur le thème: « Promotion de l’intégration de la sécurité des journalistes dans les pratiques professionnelles des hommes de médias et des Forces de l’ordre et de sécurité (FDS) au Tchad ». Le coup d’envoi des activités est donné par le premier rapporteur de la Haute autorité des médias et de l’audio-visuel, Laouro Gondjé.

Ces journalistes issus des différentes rédactions et les forces de l’ordre et de sécurité ont échangé à cœur ouvert et dans le respect de tous les maux qui entravent leur bonne collaboration. Il s’agit des risques et défis rencontrés par les journalistes sur le terrain, le contexte législatif national de la question de la sécurité des journalistes et de l’impunité, la sécurité des journalistes dans les situations de crise, entre autres.

Ce cadre de partage des expériences sur des choses vues et entendues qui ne favorisent pas une bonne collaboration entre les forces de l’ordre et de sécurité et les journalistes, vise renforcer chacun dans son rôle pour la bonne marche du pays au bénéfice des populations. Le quatrième pouvoir est un facteur incontournable dans le processus démocratique au Tchad. Le constat est que les hommes des médias sont de plus en plus exposés, arrêtés, torturés voire tués dans l’exercice de leur métier. Pourtant, ils doivent être protégés par ces derniers et travailler en synergie pour mettre hors d’état de nuire les bandits de grand chemin pour une paix durable au Tchad.

Faire avancer du processus démocratique et de la gouvernance

Le président de l’UJT, Abbas Mahamoud se dit combler de la participation massive des forces de l’ordre et de sécurité. Il dit avoir inscrit dans son plan d’action dès sa prise de fonction de telles initiatives allant dans le sens du renforcement des rapports entre FDS et la presse. Il a révélé que, la deuxième phase de cette formation est prévue dans les jours avenir à Moundou dans la province du Logone Occidentale.

Le premier rapporteur de la Haute autorité des médias et de l’audiovisuel, Laouro Gondjé, a souligné qu’aujourd’hui, tout le monde s’accorde à reconnaitre que la presse tchadienne est à l’avant-garde de la lutte pour l’amélioration des conditions de vie des populations, de l’avancée du processus démocratique et de la gouvernance. « Il n’y a pas de démocratie sans une presse libre, respectueuse de l’éthique et de la déontologie ». Il souhaite que les travaux débouchent sur des stratégies communes de collaboration positive qui puissent faire d’eux des partenaires.

Banbé Mbayam Christian

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Médias : l’UJT à la veille de son congrès

Installation ce jeudi 19 janvier 2023 à la Maison des médias du Tchad (MMT) des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *