SENAFET : Une période à placer sous le signe de l’engagement et du concret

Dans le cadre de la Semaine nationale de la femme tchadienne (Senafet) qui s’étend du 1er au 7 mars 2023, plusieurs activités vont se dérouler. Cette semaine importante est placée sous le thème : « Femme, paix, justice et réconciliation pour un Tchad égalitaire ». Mais les femmes tchadiennes dans leur ensemble ont-elles vraiment pris conscience de l’importance de cette cruciale Semaine ?                                                                                                                                                                                                                          Le thème choisi cette année par les autorités nationales est plus que significatif pour les femmes tchadiennes. Parce que sans la paix, la justice et l’égalité du genre, le pays ne pourra jamais émerger. C’est pourquoi les femmes de tous bords doivent être amplement imprégnées et sensibilisées sur ledit thème afin qu’elles se l’approprient et le mettent en œuvre. Elle rappelle également à la gent féminine dans son ensemble que sa détermination d’autonomisation et de vivre pleinement dans tous ses droits  est aujourd’hui à portée de main. Ladite gent doit aussi savoir que cette célébration comporte des objectifs fixés par les anciennes qui se sont battues pour obtenir cette journée et dont l’exemple mérite d’être suivi.

La Senafet, il faut insister là-dessus, ne doit pas se limiter à la bataille ou à la guéguerre pour l’obtention des pagnes ou le folklore du ‘’m’as-tu vue’’.  Cela a été souvent le cas lors des précédentes éditions. La Semaine nationale de la femme tchadienne ainsi que le date importante du 8 mars qui constitue le clou des manifestations doivent être précédées de débats approfondis, sans complaisance, de causeries éducatives à l’endroit des jeunes filles, en impliquant sans complexe de supériorité et sans exception toutes les femmes tchadiennes, de la rurale à l’urbaine, de la cadre supérieure à celle subalterne. Les discriminations tant décriées aux différentes éditions passées doivent prendre fin une fois pour toutes pour que les femmes tchadiennes dans leur ensemble prennent conscience de la période historique que traverse en ce moment leur pays en prenant notamment résolument leur destin en main.

Aucun droit ne se donne mais s’obtient par la lutte, surtout grâce à une lutte cordonnée et lucide pour le développement du Tchad dont la majorité de la population laborieuse est constituée de femmes, selon le dernier recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) de 2009. Le temps des tergiversations et des mesquineries est révolue. L’occasion de montrer et de faire preuve d’union et de synergie est arrivée. Et la Senafet de cette année avec un thème si éloquent leur en offre l’occasion sur un plateau en or. Comme on le dit, c’est au pied du mur que l’on reconnait le vrai maçon, ou plutôt la vraie maçonne, dans le cas-ci.

Yonwa Maïlébélé

 

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Sociale : Dakouna Espoir après 9 ans d’existence

Le président de l’Association Humanitaire Dakouna Espoir, Aleva Ndavogo Jude a fait le bilan de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *