A LA UNE

Tchad : le CNCP compte désormais 207 Partis

Le coordonnateur du Cadre National de Concertation des Partis politiques (CNCP), Dr Nasra Djimasngar a présidé ce samedi 23 septembre 2023, une cérémonie de signature du protocole d’accord de cinq partis politiques. Ces partis regagnent le cadre portant à 207, le nombre des membres.

Il s’agit de l’Alliance à la Base pour le Changement au Tchad (ABCT), le Rassemblement des Ruraristes pour L’Emergence (RARE), l’Union pour la Démocratie, le Développement et la Justice au Tchad (UDJT),  la Renaissance du Tchad (RT) et Al-Ammal pour la Réforme et le Changement. Le coordonnateur du Cadre National de Concertation des Partis politiques (CNCP), Dr Nasra Djimasngar, a soutenu que cette cérémonie vient leur conforter dans leur mission en tant que Cadre national de concertation que les participants au DNIS avaient eu raison de recommander pour une expression libre des opinions. Il a relevé que « Si nous ne nous concertons pas on va s’exprimer autrement. Le Tchad notre pays a souffert de la violence qu’elle soit armée ou civile. L’objectif du DNIS est de revenir à l’expression de la parole. Notre organisation travaille et travaillera à réussir cet objectif ».

Par ailleurs, Dr Nasra Djimasngar a précisé que signer le protocole d’accord ne veut pas dire que les partis politiques vont se diluer dans la masse comme certains l’aurait pensé. « Je pense que dans une société organisée des humains, il faut s’exprimer dans la légalité. Cela ne veut pas dire que nous cheminons vers une pensée unique. C’est d’avoir un cadre où chacun va exprimer son opinion, confronter ses idées à celles des autres pour que la lumière puisse jaillir. Cette lumière c’est l’orientation vers la paix sociale et politique. Ceci, pour que les jalons d’un développement soit enfin posé ».

Le coordonnateur du CNCP a annoncé pour la préparation des échéances électorales à venir, une formation sur le monotoring des Droits de l’homme en période électorale. Ce qui permettra aux leaders des partis politiques d’être outillés pour préparer leurs militants.

« Aujourd’hui dans les médias en entend parler de la vulgarisation qui se fait autour du projet de constitution. Mais il me semble que les partis politiques sont restés encore à l’écart de cette réalité. Nous allons discuter avec nos partenaires pour voir s’il est possible d’obtenir un appui de leur part pour permettre aux leaders politiques d’aller sur le terrain présenter ce projet de constitution. Il y en a qui vont présenter le pour, d’autres vont présenter le contre. Que ceux qui soutiennent l’Etat unitaire ou fédéral expliquent de quoi il s’agit. Ce qui est différent de la campagne référendaire qui sera lancée au moment opportun », a-t-il conclu.

Badoum Oumandé Henri

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Province du Moyen Chari: L’efficience à la délégation de la Jeunesse préoccupe le ministre de tutelle

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abakar Djermah Aumi, a présidé une réunion …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *