Développent rural : « Le délintage permet la bonne germination des graines »

Dans un entretien accordé à L’Info, le président de l’Union nationale des producteurs de coton, Mbontar Ndouko, à l’occasion de l’inauguration de l’usine de délintage de Gounou Gaya, dans la province du Mayo-Kebbi-Est, soutient que c’est une chance pour les cotonculteurs d’avoir de bonnes graines.

Pour MBomtar Ndouko, rien ne peut se faire sans une volonté politique manifeste. Le coton a ses conditions de production et si l’on n’arrive pas à avoir une semence de qualité, des intrants et des usines pour égrener, le producteur seul ne pourra pas, relate-t-il. « Si la production cotonnière augmente, nous avons les sous-produits qui sont les graines, les tourteaux comme aliment de bétails et la population tchadienne d’une manière générale aura de la bonne viande pour manger et exporter ».

Par le passé, a rappelé Mbontar Douko, une telle unité de production existait mais elle est sous-exploitée, c’est la raison pour laquelle elle a fermé ses portes. Cette fermeture a donné du fil à retordre au cotonculteurs. Des fois, le coton est convoyé à Pala ou Koumra pour être égrené, a fait remarquer le président de l’Union nationale des cotonculteurs.

Une autre difficulté qui vient se greffer, dit-il, c’est  la cherté des intrants et pourtant dans d’autres pays, l’Etat les subventionne. Pour réussir la filière coton, explique le président, c’est toute une chaine de responsabilités. Il y a d’abord l’Etat qui a l’obligation de mettre les intrants à la disposition des producteurs, ensuite la recherche agronomique et enfin l’implication des opérateurs économiques.

Consommer local

Dans l’esprit de faire décoller l’économie nationale, le président de l’union nationale des cotonculteurs appellent les Tchadiens à consommer les produits locaux. Il fustige le comportement des Tchadiens qui, au cours des voyages, préfèrent acheter les habits des pays étrangers alors que le Tchad dispose d’une usine de fabrication de tissu. Il propose qu’au niveau du ministère de l’Education nationale et celui de la Défense nationale, les élèves et les Forces de défense et de sécurité soient habillés avec des tissus fabriqués localement. Le président Mbontar Ndouko de conclure que le délintage permet la bonne germination des graines et expose la semence à un fort taux de germination.

Ndomadji Ndodegue 

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Sociale : Dakouna Espoir après 9 ans d’existence

Le président de l’Association Humanitaire Dakouna Espoir, Aleva Ndavogo Jude a fait le bilan de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *