Tchad : le CEDPE présente un rapport provisoire sur les risques sécuritaires liés au changement climatique

Le Centre d’Etudes pour le Développement et la Prévention de l’Extrémisme (CEDPE) en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie a organisé, ce jeudi 16 novembre 2023, à l’hôtel Radisson Blu, une journée d’échange et de réflexion sur le résultat d’une étude effectuée par les experts en environnement.

Cette étude sur le Nexus climat-sécurité-environnement concerne trois pays de l’Afrique centrale. Il s’agit du Tchad, du Cameroun et de la RCA.  Le rapport est conçu dans l’optique de mener des réflexions approfondies sur les risques sécuritaires liés au changement climatique dans la sous-région de l’Afrique centrale.

La première partie du rapport s’intéresse au  cadre juridique des pays couverts par l’étude en ce qui concerne le nexus climat-sécurité-environnement tandis que la seconde partie porte sur un regard holistique sur les liens entre le climat et la sécurité en Afrique centrale. Par ailleurs, un bref aperçu des manifestations du changement climatique propres à chaque pays couvert par l’étude est également proposé à l’entame de la deuxième partie.

La  présentation de ce rapport  provisoire vise à engager et à approfondir une réflexion aux fins de le consolider, en croisant les regards avec les différentes parties intéressées nationales et internationales. Selon le président du CEDPE Ahmat Mahamat Yacoub, la dégradation de l’environnement contribue à l’émergence des tensions. « La dégradation de l’environnement contribue à l’émergence des tensions sociales et politiques.
La sécurité et le changement climatique sont étroitement liés car le changement climatique a des implications majeures sur la sécurité mondiale. Les effets du changement climatique, tels que les inondations, les sécheresses prolongées, les tempêtes plus fréquentes et les migrations forcées, peuvent entraîner des conflits, des tensions sociales et des crises humanitaires », a-t-il expliqué.

Le Cameroun, la RCA et le Tchad sont classés parmi les pays les moins avancés (PMA), qui ne disposent pas d’assez de moyens financiers pour atteindre les objectifs d’atténuation des émissions des GES et d’adaptation aux changements climatiques, ni les moyens techniques et technologiques nécessaires pour contrer le phénomène.

Djimet Wiche

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Faune : l’oryx algazelle n’est plus classé comme « éteint à l’état sauvage » par l’UICN

L’Agence pour l’environnement d’Abu Dhabi (EAD) a annoncé ce lundi 11 novembre 2023 que son …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *