Vente de pain : L’hygiène en vacance

A N’Djaména, les vendeurs de pain à la sauvette ainsi que les distributeurs de ce produit alimentaire de la boulangerie aux différents boutiques dans les quartiers ne respectent pas les conditions d’hygiène. Cette pratique a des conséquences sur la santé des consommateurs exposant ces derniers à certaines pathologies.

Les distributeurs et les vendeurs de pain ne se soucient pas de la protection de leur marchandise. Les pains, entassés dans une caisse sont exposés sans couvert  à la merci de la poussière et toutes autres intempéries. Certains distributeurs à bord de leur moto font de quartiers en quartiers avec leurs caisses derrière cet engin, remplies de pains mais  sans un couvert. Le plus écœurant, il arrive parfois que les pains tombent sous l’effet des secousses provoqués par le mauvais état de la route dans des lieux peu recommandable. Au lieu d’abandonner ceux-ci, ne voulant rien perdre, le distributeur les ramasse pour remettre dans la caisse. Toutes ces pratiques amènent certaines personnes à ne pas consommer les pains payés n’importe où. C’est le cas de Allaguerra Stéphane. « Je préfère payer mon pain à la boulangerie. Ceci, afin de maintenir  ma santé saine.  A la boulangerie, j’estime qu’un minimum de règles d’hygiène est respecté. En effet, lorsque je mange le pain exposé à l’air libre et mal protégé, je subis les conséquences. Il me provoque le mal de ventre,  parfois la diarrhée et voire même le bourdonnement d’oreilles», confie Allaguerra Stéphane.

«  Quand nous allons à la boulangerie, les boulangers ne nous servent pas le pain dans un plastique. Les pains sortent chauds du four. Nous les étalons pour les  refroidir. Enfin, nous les entassons dans nos caisses. Mais si nous les mettons à chaud dans un sachet, ceux-ci perdent leur qualité et  quantité autrement dit leur forme change. Parlant d’hygiène de nos produits, nous utilisons des éventails pour chasser les mouches et les différents insectes qui s’y posent », rétorque Amid Idriss Hamid, vendeur de pain.

L’exposition du pain à l’air libre provoque des ennuis de santé à l’organisme humain. «La poussière présente un risque pour notre santé.  Au Tchad, principalement dans la capitale N’Djamena, la question d’hygiène alimentaire est un réel problème concret dans toutes les couches sociales. Le corps humain a besoin d’une propreté ainsi que les aliments que l’être humain consomme. Le manque d’hygiène  alimentaire favorise les contaminations qui peuvent être de différents types biologique, physique et chimique », explique le nutritionniste  Ndjaidoukmi Kamanda.   De nos jours, l’on constate que ça soit chez les distributeurs tout comme les vendeurs de pain, l’hygiène du pain et la santé de ses consommateurs sont le cadet des soucis de ceux-ci. L’exposition du pain à l’air libre a des conséquences réelles sur le consommateur. Celles-ci sont entre autres, des allergènes, irritants pour poumons, propagateurs de bactéries, voire facteurs de maladie (fièvre typhoïde) et d’affections chroniques conclut-t-il.

 Fanbayssi Dillah (stagiaire)

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Société : Le « Mouvement Citoyen Notre Temps » a une nouvelle équipe

Le Mouvement Citoyen notre Temps (MONCIT) a tenu ce jeudi 11 avril 2024 au CEFOD …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *