Editorial: SNE, un tonneau des danaïdes

Tel partenaire a accordé un prêt ou un don de tel montant à la Société nationale d’électricité(SNE), tel autre partenaire a octroyé des turbines ou groupes électrogènes. Telles sont les informations que les médias distillent  durant des décennies à propos de cette entreprise publique qui a le monopole de l’électricité au Tchad.

La population entend bruire les milliards et encore les milliards. La SNE, gouffre à sou dans le sens littéral même du mot. D’année en année, des moyens colossaux sont injectés par l’Etat pour permettre à la SNE d’améliorer la qualité de son service afin de permettre à la population de bénéficier de cette denrée importante pour le développement socio-économique d’un pays.

Cependant, rien ne change dans la fourniture de l’électricité au Tchad. Cette société est assimilable à un trou profond et sans fond. Car, en dépit des moyens accumulés, la prestation reste en deçà des attentes de la population. Celle-ci est confrontée au quotidien à des coupures intempestives, au coût élevé des factures de consommation d’électricité sans que celle-ci ne soit régulièrement fournie aux consommateurs. Rien ne change mais vraiment rien dans la qualité de la prestation.

En cet hiver où la fourniture de l’électricité par la société d’électricité est appréciée à sa juste valeur par les consommateurs, avec la période de chaleur qui s’annonce à pas de géant, les coupures ont repris de plus belle. Avec la signature, le 23 janvier dernier, d’un accord de don d’un montant de13 milliards Fcfa, signé entre le gouvernement et la Banque africaine de développement(BAD). Ce don est relatif  à la mise en œuvre du Projet d’appui au secteur de l’énergie électrique (PASET). Gageons qu’avec ce projet, les coupures intempestives d’électricité soient des vieux souvenirs classés dans l’annuaire de l’histoire. Mais pour y arriver, il faut d’abord expurger la SNE des maux qui lui collent depuis belle lurette à la peau comme l’arbre et son écorce  notamment, la mauvaise gestion, le détournement de carburant, le clientélisme et l’incompétence.

La Rédaction

 

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Editorial : Réaliser les vœux de toutes les femmes

Le 1er mars dernier, le coup d’envoi officiel des activités marquant la 33ème édition de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *