Forces de défense et de sécurité : Des réformes productives

Après 63 ans, l’Armée nationale Tchadienne a subi plusieurs mutations, restructurations et des réformes à travers les différents régimes qui se sont succédé à la tête du pays. Ces différentes transformations ont permis au Tchad d’avoir une armée digne de ce nom au service du peuple voire au-delà des frontières nationales pour le maintien de la paix.

Créées en 1960, les forces armées tchadiennes  sont composées  des forces terrestres, aériennes, de la gendarmerie  nationale et de la Garde nationale et nomade du Tchad(Gnnt). L’âge d’enrôlement  dans ces différentes branches de l’armée était fixé à 18 ans. Créée après l’indépendance, cette armée a pour mission primordiale, la défense de l’intégrité territoriale ainsi que des personnes et de leurs biens. En février 1963, des mutations ont été opérées avec des multiples insurrections au sein de cette structure. Il faut attendre l’année 1990 pour apporter des réformes structurelles dignes de ce nom aux forces de  défense et de sécurité à la faveur de l’ordonnance 002/31 août 2021 portant statut général des forces de défense et de sécurité. Cela ouvre de nouvelles perspectives. La structuration de l’armée est une priorité absolue des dirigeants tchadiens.

Des programmes importants ont été élaborés à savoir  les programmes de désarmement, démobilisation et réinsertion dans la vie civile avec double ambition, maîtriser les dépenses militaires et surtout professionnaliser l’armée. Une combinaison de déflation et départ à la retraite pour réduire l’effectif. Ces réformes ont porté des fruits notamment la création de la Caisse d’assurance maladie des armées(Carma) qui est chargée de la prise en charge de la santé et suivi de leurs droits. Une autre caisse a aussi  vu le jour pour améliorer la prestation du paiement de la pension des retraités militaires. Il s’agit de la Caisse des retraités militaires(Carm).

Le professionnalisme, crédo de l’armée tchadienne

« L’armée Tchadienne est une armée républicaine. De l’indépendance à nos jours, elle a opéré plusieurs mues pour devenir aujourd’hui une armée purement républicaine. Républicaine parce qu’elle sécurise pleinement notre pays avec sagesse et abnégation. Elle est sollicitée même au-delà de nos frontières dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans le sahel. En contrepartie, nous avons gagné l’honneur, ce qui fait la fierté de notre armée», dixit le général de corps d’armée Ismat Issacka Acheikh, conseiller au ministère des Armées, des Anciens combattants et des Victimes de guerre.

L’officier général de l’armée nationale tchadienne d’affirmer que l’Ant est véritablement professionnelle. Elle est composée de plusieurs unités  reparties dans la capitale N’Djaména ainsi qu’à l’intérieur du pays au service du peuple.

Parlant du rôle de l’armée tchadienne dans les multiples crises politico-militaires que le Tchad a connu, le général de corps d’armée Ismat Issacka Acheikh affirme que  « nous sommes nés dans les crises, nous avons grandi dans les crises voire vieilli dans celles-ci. La gestion du pays est une priorité des priorités. L’armée a joué un très grand rôle dans la stabilisation du Tchad. C’est grâce à elle que nous avons maîtrisé la gestion du territoire national. Paix à son âme, le défunt maréchal Idriss Deby Itno à sa mort, personne n’aurait cru que le Tchad restera en paix jusqu’aujourd’hui. Cependant, l’armée avec à sa tête le président de la transition, président de la République Mahamat Idriss Deby Itno a pris sa responsabilité pour stabiliser le pays jusqu’à maintenant », a indiqué le général Ismat Issacka Acheikh.

Au Tchad, a déclaré le général, il n’y a pas crise de confiance entre civils et militaires. « Une chose est à retenir. Que les civils également respectent les hommes en treillis. Car le respect est mutuel. C’est réciproque » précise-t-il

Actualité oblige, le général Ismat Issacka Acheikh s’est prononcé sur la question de l’admission des officiers généraux à la retraite qui défraie la chronique ces derniers temps. Pour lui,  le fait que les généraux soient admis à la retraite n’est pas un fait extraordinaire. Parce qu’il y a toujours de renouvellement au sein de la grande muette. « On procède au recrutement de nouveaux jeunes et les anciens qui sont atteints par la limite d’âge sont d’office envoyés à la retraite donc il n’y a rien d’étonnant. C’est un processus normal. Même nous qui sommes actuellement, sommes appelés un jour ou l’autre à quitter également l’armée ».

« Nous avons des spécialités au sein de nos forces »

L’Armée nationale tchadienne s’est  spécialisée dans plusieurs domaines. D’une autre vue, l’on pensait que les hommes en treillis sont formés uniquement pour la guerre. Or, c’est tout à fait le contraire. Le conseiller au ministère des Armées l’a démontré « nous avons la direction de la santé (dirsanté) qui soigne à travers son personnel formé les militaires et les civils à l’hôpital militaire d’instruction (Hmi), le génie militaire qui s’occupe des infrastructures militaires que civils. L’exemple le plus récent est l’intervention d’urgence des éléments de cette unité pour porter secours aux sinistrés de Walia dans le 9ème arrondissement par rapport aux inondations. Il y a également le régiment agriculture qui est spécialisé dans la production des céréales donc l’armée est là pour aider la population », précise le général de corps  d’armée

Djimet Biani et Serge Nekoulko Nadjingar

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Criminalités transfrontalières : échange d’informations entre police pour plus d’efficacité en Afrique centrale

Le Conseil national de transition (CNT) a approuvé dans sa séance plénière du mardi 19 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *