Personnes âgées : leur accès aux soins de qualité pose problème

Malgré la loi N° 212 du 06 /10/2022 portant organisation et fonctionnement du ministère de la Santé et de la Prévention, en son article 70, qui fait la promotion de la santé des personnes âgées, cette norme a du mal à s’appliquer. Un tour dans certaines structures sanitaires de N’Djaména met les réalités à nu.

Au complexe hospitalo-universitaire Le Bon Samaritain de Walia, il est 08heures. Les consultations ont commencé, les personnes âgées prennent d’assaut la caisse de l’hôpital pour acheter les reçus de consultation. Certaines se tiennent difficilement debout, d’autres sont couchées à même le sol. Mme Dénérame Hélène, la soixantaine entamée, partage sa peine : “ Je viens de Koundoul, et mon fils m’a accompagné depuis 5h30. Il est reparti au travail. Depuis que je suis là, personne n’est venue vers moi pour m’interroger ou me renseigner”, se plaint-elle. Elle explique que ce n’est pas facile pour les personnes de son âge de venir à l’hôpital et faire la queue pour prendre le reçu puis monter voir le médecin”. Pour cette femme de troisième âge, les vieilles personnes sont vulnérables. En revanche, elles méritent une attention particulière.

Au niveau du centre de santé de la léproserie, madame Margueritte est sidérée par le comportement du personnel soignant qui ne prend pas soin des vieilles personnes. Mahamat, la cinquantaine, réplique : « dans ce centre, nous, les personnes de troisième âge souffrons car notre situation ne préoccupe pas le personnel soignant ».

En plus de ce calvaire que vit madame Dénérame Hélène, la gratuité des soins prônée par les hautes autorités du pays est loin d’être effective. Selon les personnes âgées rencontrées dans les différentes structures hospitalières, cet accès aux soins n’est qu’une illusion.

Intégrer le traitement des personnes âgées dans la priorité du gouvernement

Le gouvernement, par l’intermédiaire du ministère de la Santé publique et de la Prévention, a la lourde responsabilité de protéger les personnes de troisième âge à travers une politique adéquate. La gratuité des soins chantée à la longueur de la journée doit être appliquée dans sa totalité et avec rigueur. Il est impérieux de prendre de mesure salvatrice à l’égard des vielles personnes qui, ont besoin du soutien de tout le monde afin de résister aux problèmes d’ordre social. Par ailleurs, les autorités compétentes doivent penser à la création des maisons de retraite, ou centres sociaux dans le but de prendre en charge ces personnes âgées.

 Doukoundjé Caroline

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Lutte contre la malnutrition : la sensibilisation de la population doit s’intensifier

Le Réseau des Journalistes Tchadiens pour la Nutrition (RJTN) a organisé des journées portes ouvertes …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *