Plumby Nut : la consommation abusive est déconseillée

Le plumpy Nut est un aliment thérapeutique prêt à l’emploi destiné aux enfants malnutris. Sa consommation par les adultes et les enfants bien portant présente des risques.

Le Plympy Nut est un aliment thérapeutique fabriqué à base de pâte d’arachide, du sucre, d’huile et du lait. Ce médicament est riche en micro-nutriments et permet de prendre en charge les enfants souffrant de malnutrition aigüe et sévère. La prise en charge de ces enfants se fait pendant un temps à domicile et après leur suivi se poursuit jusqu’à la reprise du poids normal. Sa consommation apporte un certain nombre de kilocalories à l’enfant en dehors de son alimentation quotidienne pour stabiliser son poids. De nos jours, ce sont les adultes qui s’accaparent de cette denrée destinée aux malnutris.

Pour Mahamat Abdelkerim Ahmadaye, directeur de la Nutrition et de Technologie Alimentaire, c’est par le fait qu’on attribue d’autres vertus à cet aliment que les grandes personnes se mettent à consommer. Toutefois, sa consommation abusive à des effets néfastes sur l’organisme. Selon lui, les adultes qui consomment cet aliment emmagasinent de l’énergie dans leurs organismes. Ce qui peut avoir des conséquences sur la santé plus tard.

Pour plus d’éclairage sur la valeur nutritive de la consommation de Plympy Nut par les adultes, Le nutritionniste indique qu’aucune valeur n’est à donner. La prise en charge de ces aliments se fait en graduation. Selon Mahamat Abdelkerim Ahmadaye, cet aliment donné gratuitement par les partenaires de la santé publique, a de la valeur nutritive pour les enfants atteints de malnutrition aigüe et sévère. La consommation abusive du Plumpy Nut par les adultes peut entrainer l’énergie supplémentaire et aboutir au surpoids, à l’obésité et d’autres formes de malnutrition. Le spécialiste de la nutrition mentionne que dans une journée, l’organisme doit recevoir entre 10 et 15% la ration riche en protéine, 50 à 55% les glucides et pour les lipides 30 à 35%. Il ajoute en outre que ces aliments doivent être accompagnés des activités physiques et sportives pour éviter le surpoids.

Conscient de la vente de ce médicament qui abonde le marché, le spécialiste dénonce le mauvais comportement des hommes et des femmes qui prennent ces aliments et vendent à vil prix sur les marchés. « Nous ferons de telle sorte que cette vente désordonnée prenne fin ». Il interpelle par ailleurs, le gouvernement à s’investir afin que ces produits ne soient pas vendus sur les marchés.

Togdé   Rodrigue (Stagiaire)

Cet article est rédigé dans le cadre du projet Afri’kibaaru

À propos de ATPE

Vérifier aussi

Santé publique : Les assises de la 28ème session du comité directeur se tiennent à N’Djamena

Le secrétaire général du ministère de la Santé publique et de la Prévention, Dabsou Guidaoussou …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *