BID : la revue de la performance du portefeuille au Tchad est faite

La Banque Islamique du Développement (BID) en collaboration avec le ministère de la Prospective économique et de partenariats internationaux, ont organisé la revue du portefeuille des projets financés par la BID au Tchad du 29 novembre au 06 décembre 2022 à l’hôtel la Résidence. C’est le Secrétaire général du ministère de la Prospective économique et des partenariats internationaux, Mahamat Chaïb Brahim qui a présidé l’ouverture de la cérémonie.

L’objectif principal de la revue conjointe est d’améliorer la performance des opérations financées par la BID au Tchad et de ressortir avec un plan d’action opérationnel. Pour le Secrétaire général, cette revue permettra d’évaluer le niveau d’exécution du portefeuille, d’analyser les goulots d’étranglement qui entravent la mise en œuvre efficiente et efficace des projets et programmes et de proposer des pistes de solutions concrètes à l’attention du gouvernement et de la Banque sur les axes de réflexion. Il ressort que, le Tchad a réalisé des projets notables en matière d’intégrité, de transparence dans la gestion des ressources publiques en mettant sur pied la Commission des gestions des investissements publics (CONAGIP). Cette dernière vise à renforcer la qualité des projets et programmes suivant une procédure de maturation, de budgétisation etc.

« A ce jour, le portefeuille de la BID au Tchad compte 22 projets pour un engagement global de 669,05 millions de dollars soit environ 401 milliards de francs CFA, avec un taux de décaissement de 37% », a laissé entendre le Secrétaire général du Ministère de la prospective économique et des partenaires internationaux Mahamat Chaïb Brahim. Mamadou Coulibaly, responsable des Opérations pays pour le Tchad à Abuja, a indiqué pour sa part que cet évènement marque une étape importante dans la mise en œuvre des projets. Cette initiative est de faire l’état des lieux du portefeuille actif de la BID au Tchad, en identifiant les contraintes majeures, les obstacles et goulots d’étranglement d’ordre institutionnel et opérationnel auxquelles les projets font face. Et ce, à l’effet de s’accorder sur des mesures de correction et un Plan d’action. Il informe en outre que la BID est prête à collaborer avec les autorités concernées, les parties prenantes afin d’élaborer un plan visant à améliorer le portefeuille et à débloquer les défis identifiés.

« Depuis l’adhésion du Tchad à la BID, le volume des approbations s’élève à environ 1,013 milliards de dollar américain. Le portefeuille de la BID au Tchad est composé de 21 projets soit 623 millions de dollars § pour une durée de 4,4 ans », clarifie Mamadou Coulibaly. Il poursuit par ailleurs qu’un financement de 65,8 % octroyé par la BID vont dans le secteur des « infrastructures » qui occupe une importante enveloppe allouée au Tchad.

Ouangso Alain, stagiaire

                                       

 

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

PND : Instrument de développement ou programme politique ?

Dans le cadre de la mise en œuvre de la «vision 2030, le Tchad que …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *