Editorial : Un nouveau départ pour le Tchad

Les conclusions du DNIS, les aspects pertinents ont été pris en compte même si l’unanimité n’a pas été faite, le pays doit avancer. Parce que l’unanimité n’est pas de ce monde. La politique de la chaise vide ne paie pas et le tout ou rien n’est pas une bonne option. Quand on veut le changement, on le fait de l’intérieur.

S’il y a des divergences et même des oppositions radicales, on doit pouvoir faire preuve de compromis. Le Tchad fait exception dans ce domaine. Ce qui vient d’être constaté, dit le contraire du bon sens politique.

Le DNIS vient de se tenir avec des engagements pris pour un nouveau départ du pays. Même si une certaine portion de l’opinion du pays ne s’y trouve pas, elle doit accorder le bénéfice du doute. C’est au pied du mur qu’on reconnait le vrai maçon, dit-on. Certes, les Tchadiens ont été beaucoup grugés par des promesses fallacieuses de leurs dirigeants. Mais ne peut-on pas donner notre langue au chat par rapport à la nouvelle équipe qui prend en main la nouvelle transition ? Une nouvelle transition qui prend en compte toutes les couleurs politiques du Tchad et qui laisse la porte toujours ouverte à toutes les obédiences politiques voulant œuvrer pour la refondation du pays de Toumaï.

Le salut de ce pays ne viendra que de la contribution et de la compréhension de toutes ses filles et tous ses fils sans exception. Les jalons sont déjà posés, il faut désormais veiller à ce que ceux-ci soient suivis dans la locomotive qui engage environ dix-sept millions de Tchadiens

Pendant 18 mois, la communauté internationale a considéré le cas du Tchad comme exceptionnel en le soutenant tous azimuts. Maintenant qu’un gouvernement de large ouverture est mis en place, cette même communauté doit continuer par accompagner le pays jusqu’au terme de cette transition sensible, au cas contraire, ce sera un échec et un investissement vain pour sa part.

Les dirigeants de la nouvelle phase de la transition doivent également tenir compte des exigences de la communauté internationale allant dans le sens du bien-être du Tchad. C’est à ce prix, et à ce prix seulement, que le Tchad et ses habitants s’en sortiront. Tout le monde pourra se réjouir que le pays de Toumaï soit sorti par le haut et fait la fierté de tous ceux qui le soutiennent.

La Rédaction

À propos de Henry Badoum

Vérifier aussi

Editorial : Un nécessaire recadrage

L’un des éléments qui témoigne de la vitalité d’une démocratie dans une nation est l’existence …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *